Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Nouvelle manifestation contre le gouvernement en Ukraine

Environ 100 000 personnes se sont rassemblées au centre de Kiev, dimanche, afin de réclamer la démission du président Viktor Ianoukovitch et de son gouvernement.

Le mouvement de contestation qui a transformé la capitale ukrainienne en camp de protestation géant s'est amorcé à la fin du mois de novembre après que M. Ianoukovitch eut choisi de resserrer ses liens avec la Russie au lieu de signer un accord d'association avec l'Union européenne.

Cette décision a suscité la colère de bien des Ukrainiens, qui préfèrent la démocratie de l'Occident à l'autocratie russe. Depuis la répression brutale d'une manifestation pacifique par la police, les contestataires ont toutefois commencé à s'en prendre au président.

Les récentes concessions de Viktor Ianoukovitch, qui a libéré certains militants de l'opposition emprisonnés et suspendu plusieurs hauts dirigeants de la police et du gouvernement en lien avec la répression, n'ont pas réussi à calmer le jeu.

Étant donné que ses tentatives pour évincer les manifestants de force lui ont valu des critiques de la part de la communauté internationale, M. Ianoukovitch semble avoir décidé d'attendre que le mouvement ne s'essouffle de lui-même.

La position du président a toutefois été renforcée cette semaine après que la Russie eut annoncé un important plan de sauvetage pour éviter que l'Ukraine ne se retrouve en défaut de paiement. En vertu de cette entente, Moscou s'est engagé à acheter pour 15 milliards de dollars en titres d'État ukrainiens et à réduire le prix du gaz naturel qu'il vend à l'ancienne république soviétique.

L'opposition a cependant rejeté cet accord, soutenant que l'avenir de l'Ukraine se trouvait au sein de l'Union européenne.

Dimanche, le leader de l'opposition Vitali Klitschko a exhorté la foule à passer le jour de l'An sur la place de l'Indépendance, à Kiev, afin de forcer Viktor Ianoukovitch à déclencher des élections présidentielle et parlementaire anticipées.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.