Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Mauritanie: une compagnie canadienne exploitant l'or supprime près de 300 emplois

La compagnie canadienne Kinross, qui exploite l'or en Mauritanie via sa filiale Tasiast, a supprimé dimanche près de 300 emplois dans ce pays en raison de la chute mondiale des cours de l'or et d'une hausse des coûts de production, selon un communiqué transmis à l'AFP.

"Les 293 salariés concernés ont reçu aujourd'hui (dimanche) leurs notifications de licenciement. 272 personnes travaillant à Tasiast sont concernées, dont 71 dans l'exploration et 21 au bureau de Kinross à Nouakchott", affirme le communiqué.

La mine d'or de Tasiast est située à 150 km au nord de la capitale.

"Le secteur aurifère est sous pression en raison d'un prix de l'or en baisse et de la hausse des coûts de production: le prix de l'or a chuté d'environ trente pour cent au cours des douze derniers mois", indique Kinross.

La société estime que cette réduction d'effectifs vise à assurer la viabilité de ses activités à long terme en Mauritanie, où selon elle, environ 3.600 employés et entrepreneurs continuent à travailler à Tasiast et Nouakchott.

La compagnie dit parallèlement prévoir "d'importantes réductions des dépenses pour toutes ses activités à travers le monde".

Dans un communiqué publié en octobre, la multinationale avait évoqué "des compressions des effectifs au siège social à Toronto (Canada), la fermeture d'un bureau à Vancouver (Canada) et d'un bureau d'exploration au Mexique, ainsi que d'importantes réductions du personnel expatrié à Tasiast".

La multinationale canadienne avait envisagé une extension de ses activités à partir de 2014 en Mauritanie, en raison de la production record de la mine de Tasiast et après une étude récente de pré-faisabilité "concluante".

La mine d'or de Tasiast est présentée comme la troisième au monde par Tasiast Mauritanie. La compagnie a débuté ses opérations commerciales en 2008.

hos/mrb/aub

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.