Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Khodorkovski promet d'aider les prisonniers politiques russes

L'ex-milliardaire russe et critique du Kremlin, Mikhaïl Khodorkovski, gracié par Vladimir Poutine après avoir passé dix ans en détention, s'est engagé dimanche à « tout faire » pour la libération des prisonniers politiques en Russie.

« Je vais tout faire pour qu'il n'y en ait plus, faire tout ce que je pourrai », a-t-il affirmé lors d'une première conférence de presse à Berlin, où il est arrivé vendredi.

L'ancien oligarque a en outre rappelé qu'il y avait en Russie « d'autres prisonniers politiques » et que les dirigeants politiques occidentaux devraient en prendre compte en discutant avec le président russe.

Mikhaïl Khodorkovski a également révélé qu'on ne lui avait pas laissé « le choix » de rester en Russie lors de sa libération, indiquant que les gardes pénitentiaires l'avaient accompagné « jusqu'à la fermeture de la porte de l'avion » qui l'a emmené à Berlin.

Il a également remercié la chancelière allemande Angela Merkel d'avoir travaillé en coulisse pour sa libération. « Je suis très reconnaissant à Angela Merkel, dont je n'ai appris qu'ici le rôle qu'elle avait eu » dans les négociations, a-t-il dit.

Il s'est enfin prononcé contre le boycottage des Jeux olympiques d'hiver de Sotchi, une « fête » qui ne doit pas être « gâchée », estime-t-il.

Dans un entretien au magazine russe The New Times publié dimanche, l'ancien magnat du pétrole avait déclaré ne pas avoir l'intention de faire de la politique ni de chercher à récupérer ses avoirs dans son ancienne société pétrolière, Ioukos.

INOLTRE SU HUFFPOST

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.