Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Khodorkovski, exilé russe après 10 ans dans les prisons de Poutine

Mikhaïl Khodorkovski, ex-patron milliardaire aux visées politiques, prisonnier russe le plus célèbre des dernières années, est devenu un exilé d'un nouveau genre après dix ans passés dans les camps, la grâce et le départ forcé pour l'Allemagne.

"Il y a eu le 19 février 2003 une réunion chez Vladimir Poutine, où nous avons eu une discussion assez dure. Deux semaines après la première enquête était lancée", s'est souvenu dimanche M. Khodorkovski, interrogé à Berlin, 36 heures après sa libération surprise.

Le verbe est précis, la voix calme, et l'ex-patron du pétrolier Ioukos a gardé le même léger tremblement caractéristique de la tête lorsqu'il prononce les phrases importantes, qu'en 2003.

L'homme, 50 ans, est cependant amaigri, manifestement atteint par les années passées dans un camp de Sibérie orientale, près de la frontière chinoise, puis dans une colonie pénitentiaire reculée de Carélie, à près de 700 km de Saint-Pétersbourg.

Plus de politique, ni de pétrole : il déclare se consacrer désormais à la défense des prisonniers politiques en Russie.

Il y a dix ans, il était considéré comme l'homme le plus riche du pays, et l'un des plus influents.

Issu d'une modeste famille moscovite d'ingénieurs, il avait fait des études de chimie et d'économie avant de se lancer dans les affaires. A l'époque soviétique, ce jeune homme ambitieux est membre des Jeunesses communistes (Komsomol) et tisse des liens dans les instances du parti unique.

Avant même la chute de l'URSS (décembre 1991), il fonde à 26 ans la banque Menatep, qui se développe rapidement dans l'économie capitaliste naissante de la nouvelle Russie.

Les privatisations lancées par le pouvoir russe sur les ruines de l'économie soviétique permettent aux plus entreprenants, souvent liés au pouvoir politique -- Khodorkovski est brièvement ministre des ressources naturelles en 1993 -- de prendre le contrôle des actifs les plus juteux, à savoir les ressources naturelles.

Ce seront pour Khodorkovski des gisements pétroliers de Sibérie, qui forment la compagnie Ioukos, dont Menatep prend le contrôle en 1995 et qui se développe activement.

En 1996, les principaux hommes d'affaires soutiennent à bout de bras le président Boris Eltsine, acculé par les communistes: les oligarques sont nés.

Au début des années 2000, Mikhaïl Khodorkovski devient le premier de ces patrons en Russie à opter pour une gestion à l'occidentale, devenant un modèle pour les investisseurs.

Il envisage alors un mariage entre Ioukos et la major américaine ExxonMobil, aide financièrement l'opposition russe et injecte des millions dans des programmes de soutien à la société civile.

Ioukos devient le numéro un du secteur en Russie et Mikhaïl Khodorkovski la plus grosse fortune du pays, estimée à 15 milliards de dollars.

Entretemps, l'ex-agent du KGB Vladimir Poutine a succédé en 2000 à Boris Eltsine.

En février 2003 a lieu la fameuse réunion au Kremlin, entre une vingtaine d'oligarques et le président Poutine, qui tourne au vinaigre.

Mikhaïl Khodorkovski appelle à agir contre la corruption des services de l'Etat devant M. Poutine, qui demande en retour : "M. Khodorkovski, êtes-vous sûr d'être en règle avec le fisc ?".

Le 25 octobre, Mikhaïl Khodorkovski est arrêté. D'abord mis en garde par l'arrestation de son associé Platon Lebedev, il a refusé de s'exiler à l'étranger.

Il est condamné en 2005 à huit ans de camp pour "escroquerie et fraude fiscale", une peine portée à 14 ans à l'issue d'un deuxième procès en 2010 pour "vol de pétrole et blanchiment" de 23,5 milliards de dollars.

La peine a ensuite été réduite à 11 ans.

Pour les défenseurs des droits de l'homme et de nombreux observateurs étrangers, Mikhaïl Khodorkovski, aujourd'hui âgé de 50 ans, a fait les frais d'une justice sélective et instrumentalisée.

Ne dissimulant pas son hostilité personnelle à son endroit, M. Poutine l'accuse même d'avoir du sang sur les mains, le comparant à la fois au mafieux Al Capone et au financier véreux américain Bernard Madoff.

Après deux procès et dix ans passés derrière les barreaux, Mikhaïl Khodorkovski devait sortir de prison en août 2014, mais le parquet avait évoqué début décembre la perspective d'un nouveau procès, avec à la clef une possible prolongation de sa peine.

bur-lpt/bir

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.