Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Khodorkovski déclare qu'on ne lui a pas laissé "le choix" de rester en Russie bur/lpt/ih

L'ex-milliardaire russe et critique du Kremlin Mikhaïl Khodorkovski, gracié et envoyé à Berlin, a révélé dimanche qu'on ne lui avait pas laissé "le choix" de rester en Russie lors de sa libération.

"Je n'avais pas le choix au moment de ma libération", a déclaré M. Khodorkovski en donnant sa première conférence de presse à Berlin, indiquant que les gardes pénitentiaires l'avaient accompagné "jusqu'à la fermeture de la porte de l'avion" qui l'a emmené à Berlin.

Il a ajouté que les leaders politiques occidentaux devaient ne pas oublier en discutant avec Vladimir Poutine qu'il y avait "d'autres prisonniers politiques en Russie". Il a remercié la chancelière Angela Merkel pour avoir oeuvré à sa libération, et s'est dit contre le boycott des JO de Sotchi pour ne pas "gâcher la fête du sport".

bur-lpt/ml

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.