Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Béchir se dit inquiet de la situation au Soudan du Sud

Le président soudanais Omar el-Béchir s'est dit inquiet de la situation au Soudan du Sud, où les combats s'étendent entre l'armée et les hommes de l'ancien vice-président entré en rébellion, ont rapporté des médias officiels.

M. Béchir a fait part de sa "préoccupation face aux développements au Soudan du Sud", mais aussi en Centrafrique, en Libye et en Egypte, a rapporté l'agence officielle Suna.

"Le rôle du Soudan est d'aider ces pays à rétablir la stabilité", a dit devant des ministres le président soudanais, soupçonné par la Cour pénale internationale de crimes contre l'humanité au Darfour (ouest).

Malgré des appels au dialogue de la communauté internationale, les combats s'étendent au Soudan du Sud, indépendant depuis 2011, entre l'armée fidèle au président Salva Kiir et les partisans de l'ancien vice-président Riek Machar.

Le ministre soudanais de l'Information, Ahmed Bilal Osmane, a affirmé vendredi que son pays redoutait que les champs pétroliers du Soudan du Sud soient touchés par les combats et craignait un afflux des réfugiés à sa frontière sud.

Le Soudan, l'un des pays les plus pauvres du monde et plongé dans la crise depuis la partition en 2011, doit recevoir en 2014 des taxes estimées à 1,5 milliard de dollars (1,1 milliard d'euros) en échange de l'utilisation par le Soudan du Sud de ses oléoducs pour exporter le pétrole.

Le Soudan du Sud a fait sécession en 2011 après un référendum organisé dans le cadre d'un traité de paix ayant mis fin à plus de deux décennies de guerre civile dévastatrice.

it/hj/fcc

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.