NOUVELLES
21/12/2013 09:11 EST | Actualisé 20/02/2014 05:12 EST

Ski: Érik Guay remporte la descente de Val Gardena, en Italie

AP

Le skieur québécois Érik Guay a remporté la prestigieuse descente de Val Gardena, en Italie, samedi, égalisant du même coup le record canadien de 20 podiums en Coupe du monde de ski alpin en carrière détenu par Steve Podborski.

Loin d'être déçu par la tournure des événements, Podborski, le chef de la mission canadienne pour les Jeux olympiques de Sotchi, s'est dit très fier de la victoire de Guay.

«Je suis fier que notre équipe canadienne puisse hausser son niveau de performances et briser des records, a dit Podborski. Je crois qu'Érik a mérité le droit et le privilège d'être l'un des grands champions de l'histoire du Canada. Il reste encore quelques records à battre, et je veux qu'il les batte tous. J'en ai encore quelques-uns dans mon répertoire, et c'est certain que ça me fait quelque chose, mais c'est beaucoup plus facile à accepter quand tu sais que c'est Érik qui les battra, parce qu'il est un gars formidable, un skieur formidable et qu'il travaille très fort.»

L'athlète originaire de Mont-Tremblant a terminé le parcours en 1 minute et 56,65 secondes, gagnant du temps lors des dernières portes pour devancer le Norvégien Kjetil Jansrud de 0,12 seconde.

«J'ai eu une très, très bonne semaine. J'ai enregistré une deuxième et une première place à l'entraînement, et puis hier (vendredi) j'ai terminé sixième en super-G, a rappelé Guay. Ça m'a beaucoup donné de confiance en commençant ma journée aujourd'hui. Les conditions étaient assez variables — quand je suis parti il n'y avait pas beaucoup de lumière —, ce qui a fait en sorte que j'avais 0,9 seconde de retard à rattraper après les deux premiers secteurs. J'ai très, très bien skié sur le reste du parcours et je crois que j'ai atteint mon plein pontentiel. Je ne pourrais pas être plus content pour Noël qui s'en vient.»

Le Français Johan Clarey est arrivé troisième, à 0,24 seconde de Guay, alors que le favori de la Coupe du monde, le Norvégien Aksel Lund Svindal, a fini quatrième, à 0,29 seconde.

Il s'agissait de la quatrième victoire de Guay, et de sa première médaille d'or en descente dans le cadre de la Coupe du monde depuis celle de Garmisch-Partenkirchen, en Allemagne, en 2007. La performance de Guay est d'autant plus impressionnante qu'il a été opéré au genou gauche pendant la saison morte et a raté la majeure partie du camp d'entraînement préparatoire.

Le Québécois, qui est entraîné par son frère Stefan Guay, a déclaré qu'il avait déjà hâte à la prochaine épreuve de la Coupe du monde de ski alpin, qui sera présentée à Bormio, en Italie, à compter du 27 décembre.

«S'il pouvait y avoir une course dès demain (dimanche), je serais prêt à l'attaquer, a lancé le skieur de 32 ans, qui dit s'inspirer notamment des légendaires skieurs Kjetil André Aamodt et Hermann Maier. Bormio n'arrivera pas assez vite à mon goût, mais je vais maintenant prendre le temps de relaxer et d'évacuer la pression un peu. Je veux être frais et dispos pour Bormio, et j'ai vraiment hâte aux prochaines épreuves. J'ai l'impression que mon ski se place enfin et, pour la première fois de ma carrière, j'ai l'impression que je comprends les motifs qui expliquent pourquoi je skie aussi vite. J'ai hâte pour le reste de la saison, et particulièrement pour Sotchi.

«J'aimerais d'ailleurs que Sotchi soit dès demain, a-t-il poursuivi. Je suis confiant en ce moment, mon ski va très bien et j'espère pouvoir garder ce momentum pour les prochaines courses et ultimement pour Sotchi. Ce ne sera pas facile à faire, surtout que le ski alpin est un sport cyclique où tu as des hauts et des bas, mais je veux certainement être au sommet pour Sotchi. Pour y parvenir, ce sera un processus, mais pour l'instant je veux seulement célébrer cette victoire. Je vais prendre une journée de congé dimanche et retourner au boulot dès lundi.»

Bode Miller s'est adjugé le cinquième échelon, à 0,39 seconde derrière. L'Américain a ainsi enregistré son meilleur résultat dans une épreuve de vitesse cette saison.

Parmi les autres Canadiens ayant participé à l'épreuve de samedi, le Britanno-Colombien Manuel Osborne-Paradis s'est classé septième alors que l'Albertain Jan Hudec a obtenu la neuvième place.

Guay obtient sa revanche

Guay croyait avoir remporté cette épreuve l'an dernier jusqu'à ce qu'un soubresaut de Dame Nature ne favorise les derniers skieurs à s'attaquer à la piste, raccourcie pour l'occasion. L'Américain Steven Nyman avait finalement savouré la victoire et le Slovène Rok Perko avait décroché la médaille d'argent. Guay s'était contenté de la médaille de bronze.

«J'avais connu une belle performance l'an dernier, a confié Guay. Selon moi, j'avais offert la meilleure performance possible en dépit de mon rang de départ et, sans rien enlever à Nyman et Perko, les conditions avaient changé et c'est la réalité de notre discipline.

«Je sais que le ski est comme ça, a-t-il ajouté. J'ai déjà été du bon côté des millièmes de seconde et j'ai profité des bonnes conditions météorologiques à quelques reprises. Donc, t'en profite quand ça passe, et t'oublies ça quand ça ne marche pas. Mais j'ai vraiment l'impression d'avoir obtenu ma revanche.»

Certes, les conditions n'ont pas changé aussi drastiquement que l'an dernier, alors que le vent avait joué un rôle dans les résultats, mais la luminosité sur le circuit a de nouveau joué des tours aux participants. Guay, Svindal et Miller ont dû composer avec moins de luminosité dans le haut du parcours, mais ils ont chacun excellé dans la portion plus technique.

Parmi les caractéristiques du parcours Saslong se trouvent les dos d'âne, qui propulsent les skieurs dans les airs pendant environ 80 mètres, et sa portion plus technique et sinueuse — deux secteurs qui se succèdent rapidement en milieu de parcours. Il y a également quelques bosses et sauts, maximisant le temps aérien.

«Souvent, Val Gardena passe sous le radar à cause de Wengen et Kitzbühel, qui retiennent beaucoup l'attention, mais je crois que c'est l'un des parcours les plus amusants du circuit de la Coupe du monde», a admis Guay.