NOUVELLES
20/12/2013 08:49 EST | Actualisé 19/02/2014 05:12 EST

Soudan du Sud: près d'une semaine d'affrontements

Rappel des événements au Soudan du Sud, en proie depuis plusieurs jours à des affrontements entre factions rivales de l'armée, qui ont fait près de 500 morts à Juba avant de s'étendre à l'Etat instable du Jonglei (est).

- LUNDI 16 DECEMBRE -

Le président Salva Kiir déclare avoir déjoué une tentative de coup d'Etat, après d'intenses combats dans la nuit à Juba entre factions rivales de l'armée. Il accuse son rival politique, l'ancien vice-président Riek Machar, limogé en juillet avec l'ensemble du gouvernement, d'avoir tenté un coup d'Etat.

- MARDI 17 -

Tirs et détonations reprennent dans la nuit et la matinée à Juba, où la situation reste très tendue. Les forces de sécurité quadrillent l'ensemble des zones-clés de la capitale.

Le gouvernement annonce l'arrestation de dix hautes personnalités, dont huit anciens ministres limogés en juillet.

- MERCREDI 18 -

Les affrontements entre factions rivales de l'armée atteignent l'Etat de Jonglei, où les tensions ethniques sont traditionnellement vives. Des rebelles, présentés comme des partisans de Riek Machar, s'emparent de la localité de Bor, capitale de l'Etat.

Riek Machar, accusé d'avoir "fui avec les forces qui lui sont loyales", nie l'existence d'une tentative de coup d'Etat et dénonce un prétexte pour se débarasser de ceux constestant l'autorité de M. Kiir.

Après les Etats-Unis la veille, Grande-Bretagne et Norvège ordonnent l'évacuation d'une partie du personnel de leurs ambassades.

A Juba, la situation revient à la normale.

- JEUDI 19 -

Riek Machar appelle au renversement de Salva Kiir, l'accusant de vouloir "allumer une guerre ethnique". Il assure n'accepter de discuter que "des conditions de son départ" du pouvoir.

Deux Casques bleus indiens sont tués dans l'attaque d'une base de l'ONU à Akobo (Jonglei).

Human Rights Watch (HRW) accuse les belligérants d'avoir commis des meurtres sur des critères ethniques.

Le président américain Barack Obama affirme que le pays est "au bord du précipice" de la guerre civile et annonce que 45 soldats américains y ont été déployés pour la sécurité des ressortissants américains.

Une mission de paix mandatée par l'Union africaine (UA) envoyée au Soudan du Sud.

- VENDREDI 20 -

L'ONU envoie quatre hélicoptères pour évacuer son personnel de sa base d'Akobo.

Des soldats ougandais ont été déployés à Juba (officiel).

Plus de 34.000 personnes ont trouvé asile dans les bases de l'ONU, dont 20.000 à Juba et 14.000 à Bor.

bc/acm/ayv/jmc