NOUVELLES
20/12/2013 11:45 EST | Actualisé 19/02/2014 05:12 EST

Soudan du sud: au moins 20 civils tués dans l'attaque de la base de l'ONU

"Au moins 20" des 36 civils sud-soudanais d'ethnie Dinka qui s'étaient réfugiés sur la base de l'ONU d'Akobo (Etat de Jonglei, est du Soudan du sud) ont été tués dans l'attaque jeudi de cette base, a annoncé vendredi la mission de l'ONU au Sud Soudan (Minuss).

Dans un communiqué, la Mission "estime qu'au moins 20 parmi les civils qui s'étaient réfugiés dans la base ont été tués pendant l'attaque" qui s'est produite jeudi à 15H45 heure locale (12H45 GMT).

Deux mille jeunes d'ethnie Nuer armés ont alors "ouvert le feu en direction des civils d'ethnie Dinka". "Alors qu'ils tentaient d'ouvrir des négociations avec les assaillants, les Casques bleus stationnés dans la base ont subi un feu nourri", ajoute le communiqué.

L'attaque a fait deux morts et un blessé parmi les Casques bleus indiens de la base. Des soldats de la Minuss, soutenus par des forces sud-soudanaises, ont repris le contrôle da la base jeudi soir.

Un haut responsable de l'ONU avait auparavant indiqué, lors de consultations d'urgence vendredi au Conseil de sécurité, que les assaillants s'étaient emparés des armes et des munitions de la quarantaine de Casques bleus indiens de la base, avant de prendre la fuite quand des renforts sont arrivés.

Le président sud-soudanais Salva Kiir appartient à l'ethnie Dinka et son rival politique Riek Machar, qu'il accuse d'avoir fomenté un coup d'Etat, à l'ethnie Nuer.

L'ancien vice-président Riek Machar, qui avait été limogé en juillet, a appelé jeudi au renversement de Salva Kiir.

La base d'Akobo "a été envahie et ils (les Casques bleus) n'ont rien pu faire", a expliqué un autre responsable de l'ONU.

Selon des diplomates, le secrétaire général adjoint de l'ONU Edmond Mulet a par ailleurs indiqué au Conseil qu'à Bentiu, capitale de l'Etat d'Unité (nord), l'ONU avait eu des informations selon lesquelles des jeunes de l'ethnie Nuer s'étaient introduits de force dans un champ pétrolier.

Ils auraient ensuite demandé aux employés des installations pétrolières d'ethnie Dinka de se signaler et les auraient tués.

Ces informations proviennent de témoignages de personnes déplacées dans le camp de la Minuss à Bentiu.

L'attaque de Bentiu a fait cinq morts parmi les employés sud-soudanais du complexe pétrolier.

En tout, a indiqué M. Mulet, 35.000 civils sud-soudanais ont trouvé refuge dans des bases de l'ONU dans six des 10 Etats du Soudan du Sud.

A Juba, a déclaré M. Mulet, la situation "reste instable", avec des "tirs sporadiques" la nuit dernière, et elle est "très tendue" à Pibor (est).

avz/are