NOUVELLES
20/12/2013 06:37 EST | Actualisé 19/02/2014 05:12 EST

Mikhaïl Khodorkovski sort de prison après avoir obtenu un pardon présidentiel

MOSCOU - Après avoir passé dix ans en prison pour des accusations que plusieurs observateurs occidentaux estiment fausses, l'ancien magnat du pétrole russe Mikhaïl Khodorkovski a recouvré sa liberté, vendredi, et immédiatement quitté la Russie pour l'Allemagne.

Le président russe, Vladimir Poutine, a accordé son pardon à son rival de longue date vendredi matin. Selon le Service pénitentiaire fédéral du pays, M. Khodorkovski est sorti peu de temps après de la prison IK-7 à Segezha, un village éloigné du nord-ouest de la Russie.

Dans un communiqué, le Service a révélé que l'ex-homme d'affaires avait sollicité la clémence des autorités russes afin de pouvoir se rendre en Allemagne pour voir sa mère, qui y est présentement traitée pour un problème de santé.

Le ministère allemand des Affaires étrangères a confirmé que Mikhaïl Khodorkovski était arrivé à l'aéroport Schoenefeld, à Berlin, vendredi après-midi.

M. Khodorkovski a affirmé dans une déclaration mise en ligne sur le site Web de ses avocats et de ses partisans que demander son pardon ne revenait pas à reconnaître sa culpabilité.

«J'attends impatiemment le moment où je pourrai étreindre mes proches et serrer personnellement la main à tous mes amis et collègues», a-t-il indiqué dans le texte.

Durant son séjour derrière les barreaux pour des accusations de fraude fiscale et détournement de fonds, Mikhaïl Khodorkovski a troqué son image de milliardaire puissant et arrogant pour celle d'un dissident respecté. Il est devenu un penseur politique et un éditorialiste qui a milité en faveur d'une plus grande justice sociale et mis les problèmes économiques de la Russie sur le compte du président Poutine.

Il est trop tôt pour savoir si M. Khodorkovski, qui est maintenant âgé de 50 ans, continuera à s'opposer au Kremlin ou même s'il décidera de revenir en Russie.

La libération du plus célèbre prisonnier russe, de même que l'amnistie accordée aux deux musiciennes du groupe Pussy Riot toujours emprisonnées et aux 30 membres de l'équipage d'un bateau de Greenpeace, semblent avoir pour objectif de mettre fin aux critiques de la communauté internationale concernant le respect des droits de la personne en Russie à l'approche des Jeux olympiques d'hiver de Sotchi, qui auront lieu en février.

Avant son arrestation en 2003 sur la piste d'un aéroport de Sibérie, Mikhaïl Khodorkovski était l'homme le plus riche de Russie et le chef de la direction de la plus importante entreprise pétrolière du pays.

Durant le premier mandat de Vladimir Poutine, il a suscité la colère du Kremlin en finançant les partis de l'opposition. Certains lui prêtaient également des ambitions politiques.

Son comportement allait à l'encontre d'une entente non officielle entre M. Poutine et un cercle de milliardaires russes surnommés les «oligarques», en vertu de laquelle le gouvernement s'engageait à ne pas revoir les accords de privatisation ayant permis à ces hommes de devenir immensément riches.

Ioukos, l'entreprise de Mikhaïl Khodorkovski, n'a pas survécu aux 28 milliards $ en impôts impayés que le Kremlin lui a réclamés à la suite de la condamnation de son patron. Elle a été vendue et la majorité de ses installations ont été acquises par la pétrolière Rosneft, une société d'État.

La situation financière actuelle de M. Khodorkovski n'est pas connue, mais elle est probablement beaucoup plus modeste qu'elle l'était une décennie plus tôt.