NOUVELLES
20/12/2013 12:45 EST | Actualisé 18/02/2014 05:12 EST

Le Chinois Hou Hanru présente son manifeste artistique au MAXXI de Rome

L'exposition de plus de 200 oeuvres appartenant au fonds permanent du musée romain d'art moderne et d'architecture MAXXI, ouverte vendredi, a été pensée comme une sorte de manifeste de son nouveau directeur artistique, le Chinois Hou Hanru.

Intitulé "Non basta ricordare" ("Se souvenir ne suffit pas"), l'évènement se veut l'illustration de la "profonde vitalité" de la collection du MAXXI, ainsi que de sa capacité à "représenter des thèmes universels et à stimuler les confrontations et les discussions critiques".

Parmi les 70 artistes représentés: la photographe américaine Nan Goldin, le plasticien français Christian Boltansky, l'un des fondateurs de l'Arte Povera Michelangelo Pistoletto, la plasticienne américaine Kara Walker, l'Italien Maurizio Cattelan...

Dans un parcours à travers tous les espaces du musée, le visiteur est invité à faire dialoguer les oeuvres entre elles, dans une volonté de connexion et d'échanges entre les différentes disciplines, souligne la direction du MAXXI.

Ouvrir des réflexions sur le pourquoi d'un musée d'art de nos jours, réfléchir à la façon de vivre la ville et l'espace public, confronter l'histoire politique et la réalité, repenser le corps, l'âme et la spiritualité... Les objectifs de l'exposition sont multiples et ambitieux, et illustrent la volonté de l'établissement d'occuper "une plus grande place sur la scène internationale".

C'est du moins ce qu'avait souhaité la directrice du musée, Giovanna Melandri, lors de la prise de fonction de Hou Hanru, le 30 août dernier.

Nommé pour quatre ans, M. Hou, 50 ans, avait pour sa part affirmé ce jour-là qu'il souhaitait que le musée puisse donner "l'exemple de comment la créativité peut changer le monde".

"Nous ne devrions pas considérer un musée comme celui-ci comme une réplique ou une extension de quelque chose à New York, mais comme une chance d'avoir de nouvelles idées", avait-il ajouté.

M. Hou, qui a quitté la Chine pour Paris en 1990, vit entre la capitale française et San Francisco.

Il a travaillé comme directeur des expositions à l'Institut d'art de San Francisco ainsi que comme consultant pour le musée Guggenheim de New York et comme co-directeur du premier World Biennale Forum.

Le budget actuel du musée est composé à 60% de fonds publics, proportion que le MAXXI espère abaisser à 50% au cours des trois prochaines années.

L'Italie a connu de fortes réductions des budgets alloués à la culture ces dernières années au fil des différents plans d'austérité destinés à réduire sa dette publique.

"Non basta ricordare", MAXXI, Musée national des arts du XXIe siècle, jusqu'au 28 septembre 2014.

Renseignements: www.fondazionemaxxi.it

lrb/ljm/ob