NOUVELLES
20/12/2013 07:19 EST | Actualisé 19/02/2014 05:12 EST

Khodorkovski: 24 heures entre l'annonce de grâce et la liberté

Mikhaïl Khodorkovski, l'ex-patron du groupe pétrolier russe Ioukos et critique du Kremlin, incarcéré depuis 2003, a retrouvé la liberté moins de 24 heures après l'annonce jeudi par le président Vladimir Poutine de sa décision de le gracier.

- 19 DECEMBRE -

- Le président Vladimir Poutine annonce contre toute attente qu'il s'apprête à gracier Khodorkovski, qui lui a adressé une demande de grâce motivée par l'état de santé de sa mère.

- La mère de l'ancien milliardaire, Marina Khodorkovskaïa, déclare que l'annonce de la grâce de son fils "fait l'effet d'une bombe". Les avocats de l'ex-oligarque affirment ne disposer d'aucune information.

- Le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, salue une "bonne décision", exprimant le souhait que Khodorkovski soit "libéré au plus vite".

- 20 DECEMBRE -

- Le quotidien russe Kommersant affirme que Khodorkovski a fait sa demande de grâce sous la pression des services secrets qui l'ont informé en prison de la possibilité d'une prolongation de sa peine, et de la détérioration de l'état de santé de sa mère.

- "Guidé par des principes humanitaires", Poutine signe le décret de grâce, avec effet immédiat.

- Un porte-parole de Khodorkovski indique qu'il a quitté la colonie pénitentiaire de Segueja, dans le nord-ouest de la Russie.

- Incertitude les premiers pas de Khodorkovski en liberté: la télévision publique RT affirme qu'il est parti en hélicoptère à destination de Saint-Pétersbourg, alors que, selon une source proche de la famille, il est attendu à Moscou dans la soirée.

- Les services pénitentiaires annoncent que Khodorkovski est parti en avion pour l'Allemagne, où sa mère est traitée pour un cancer.

- Marina Khodorkovskaia dit ne pas comprendre pourquoi son fils est parti la rejoindre en Allemagne. "J'ai été soignée là-bas il y a quelques temps, mais maintenant je suis dans la région de Moscou", déclare-t-elle.

- Khodorkovski arrive à l'aéroport de Berlin, accueilli par l'ancien chef de la diplomatie allemande Hans-Dietrich Genscher. Il confirme avoir demandé une grâce à Poutine, mais non pas avoir reconnu sa culpabilité, et salue le rôle de Genscher dans sa libération.

- "J'attends le moment où je pourrai embrasser mes proches et serrer personnellement la main à tous mes amis et collègues", dit Khodorkovski dans sa première déclaration officielle après sa sortie de prison.

mp/nm/ai