NOUVELLES
20/12/2013 11:24 EST | Actualisé 19/02/2014 05:12 EST

Bosnie: un islamiste condamné à 45 ans de prison pour un attentat à la bombe contre la police

Un islamiste bosnien, Haris Causevic, a été condamné vendredi à 45 ans de prison pour un attentat terroriste commis en 2010 contre un commissariat de police à Bugojno, dans le centre de la Bosnie, avec l'objectif d'instaurer dans ce pays un Etat islamique, a constaté un journaliste de l'AFP.

"Haris Causevic a commis un acte terroriste et ce tribunal le condamne à la peine maximale de 45 ans de prison", a dit le juge Goran Radevic.

Il s'agit de la peine la plus lourde prononcée pour terrorisme par la justice bosnienne.

"Causevic a commis un acte terroriste pour faire pression sur les autorités du pays, intimider la population et déstabiliser l'Etat, avec l'objectif de faire instaurer sur le territoire de la Bosnie-Herzégovine un Etat régi selon la charia (la loi canonique de l'islam)", a ajouté le juge.

Dans cet attentat commis en juin 2010, un policier a été tué et six autres ont été blessés. La déflagration a provoqué des dégâts considérables au bâtiment de la police et à ceux des alentours.

L'explosion a été provoquée par une bombe artisanale composée de quatre mines antipersonnel et d'au moins 12,5 kilos d'explosif, a précisé le juge.

Un autre islamiste jugé dans ce procès, Naser Palislamovic, contre lequel le Parquet avait également requis 45 ans de prison, a été acquitté faute de preuves, a déclaré le juge, qui a ordonné sa mise en liberté.

Il s'agit du second verdict rendu dans cette affaire. En juillet 2012, le même tribunal avait condamné Adnan Haracic à 14 ans de prison pour avoir participé à cet attentat. Ce dernier avait plaidé coupable et a témoigné durant le procès contre Causevic et Palislamovic.

Selon le juge, Causevic a préparé l'attentat pendant "une très longue période". Entre 2008 et 2010, il a amassé une très importante quantité d'armes, de munitions et d'explosifs qu'il cachait aux alentours de Bugojno.

Causevic et d'autres jeunes hommes partageant ses convictions religieuses se réunissaient régulièrement à Bugojno pour parler de leur projet de "mise en place de manière violente d'un Etat islamique", a raconté le juge.

Certains Musulmans de Bosnie, une communauté essentiellement modérée, ont adopté la doctrine et le mode de vie inspirés de l'intégrisme saoudien dit wahhabite, qui n'existait pas dans le pays avant la guerre de Bosnie (1992-1995) entre Serbes, Croates et Musulmans.

rus/plh