NOUVELLES
20/12/2013 11:08 EST | Actualisé 19/02/2014 05:12 EST

Berlin a oeuvré "en coulisses" pour la libération de Khodorkovski (Merkel)

La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré que Berlin avait oeuvré "en coulisses" pour la libération de l'ancien magnat et critique du Kremlin Mikhaïl Khodorkovski, gracié par Vladimir Poutine et arrivé vendredi à Berlin.

L'ancien ministre allemand des Affaires étrangères, Hans-Dietrich Genscher, "s'est occupé du dossier (Khodorkovski) en coulisses de façon intensive. Il s'est grandement impliqué pour travailler avec succès à des solutions, avec le soutien de la chancelière et du ministère des Affaires étrangères", a déclaré le porte-parole de Mme Merkel, Steffen Seibert, dans un communiqué.

De son côté, M. Genscher, reçu à deux reprises par le président russe Vladimir Poutine dans cette affaire, a confirmé avoir accueilli l'ancien oligarque à sa descente d'un avion privé à Berlin.

Il a précisé avoir agi "pour des raisons humanitaires" après que les avocats de Khodorkovski lui eurent demandé de "les soutenir dans leurs efforts pour faire libérer" l'ancien magnat.

M. Genscher, 86 ans, a indiqué à l'édition en ligne du magazine Der Spiegel que M. Khodorkovski était "épuisé, mais très heureux d'être enfin en liberté".

L'ancien oligarque a atterri dans l'après-midi à l'aéroport de Schönefeld à Berlin après être sorti de prison un peu plus tôt, gracié par le président Vladimir Poutine après plus de dix ans derrière les barreaux.

La mère de M. Khodorkovski serait suivie médicalement dans un hôpital de la capitale allemande.

Mais alors que son fils se trouvait dans un avion pour l'Allemagne, sa mère, Marina Khodorkovskaia, déclarait à l'agence Itar-Tass : "je ne sais pas pourquoi on dit que Mikhaïl est parti me rejoindre en Allemagne. J'ai été soignée là-bas il y a quelque temps, mais maintenant je suis dans la région de Moscou. Mikhaïl ne m'a pas téléphoné".

Mikhaïl Khodorkovski a confirmé dans un communiqué avoir demandé une grâce à Vladimir Poutine, sans reconnaître sa culpabilité, et a salué le rôle de Hans-Dietrich Genscher dans sa libération.

yap/aro/sym