NOUVELLES
20/12/2013 07:59 EST | Actualisé 19/02/2014 05:12 EST

Arabie: l'ONU dénonce le traitement infligé à un militant

Le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme a dénoncé vendredi la condamnation infligée à un militant saudien, puni avoir appelé à une monarchie constitutionnelle dans son pays.

"Nous sommes profondément préoccupés par les procédures d'intimidation et persécution, à l'encontre d'individus en Arabie Saoudite, pour avoir exercé leur droit à la liberté d'expression", a déclaré la porte-parole du Haut-Commissariat, Ravina Shamdasani, lors d'un point presse.

Lors d'un procès à huis clos qui s'est tenu la semaine dernière, la justice saoudienne a condamnée le militant Omar al-Said à 4 ans de prison et 300 coups de fouets. A sa sortie de prison, il sera par ailleurs obligé de rester dans son pays pendant 4 ans de plus.

L'homme de 21 ans est accusé notamment de "diffamation à l'égard du roi; préparation, stockage et envoi de matériel qui porte préjudice à l'ordre public; diffusion d'informations diffamatoires sur internet apparemment en relation avec un tweet dans lequel il aurait plaidé pour une monarchie constitutionnelle", a déclaré Mme Shamdasani.

Elle a également indiqué que M. Al-Saeed semble avoir en fait été visé par les autorités en raison de son lien avec les activistes de l'organisation Hasem, qui défend les droits politiques et civils et dont certains des membres ont déjà été emprisonnés.

"Nous appelons les autorités saoudiennes à libérer immédiatement tout ceux qui sont emprisonnés pour avoir exercé leurs droits fondamentaux", a souligné Mme Shamdasani.

Elle a également estimé que M. Al-Saeed ne semblait pas avoir bénéficié d'un jugement en bonne et due forme.

"L'utilisation des châtiments corporels constitue un traitement cruel, inhumain et dégradant et peut même s'élever à la torture en vertu du droit international des droits de l'Homme," a-t-elle ajouté.

Le 17 décembre, l'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch (HRW) a considéré que "le gouvernement saoudien redouble d'efforts depuis début 2011 pour réduire au silence et intimider" ces militants.

L'organisation note que l'Arabie saoudite, une monarchie absolue, avait intensifié sa campagne contre les militants des droits de l'Homme depuis le début du Printemps arabe.

jwf/apo/ros