NOUVELLES
19/12/2013 04:40 EST | Actualisé 18/02/2014 05:12 EST

Wall Street reprend son souffle après l'envolée liée à la Fed

Wall Street a terminé près de l'équilibre jeudi, comme rassasiée après l'envolée inspirée la veille par une décision de la Banque centrale américaine: le Dow Jones a néanmoins grappillé 0,07% pour terminer à un nouveau record et le Nasdaq a perdu 0,29%.

Selon des résultats définitifs, le Dow Jones a progressé de 11,11 points à 16.179,08 points et le Nasdaq a reculé de 11,93 points à 4.058,13 points.

L'indice élargi S&P 500 a lâché 0,06% (-1,05 point) à 1.809,06 points après avoir atteint la veille un niveau jamais atteint auparavant.

"C'est en fait plutôt une bonne nouvelle que le marché n'ait pas reculé plus que ça après l'envolée" de mercredi, estimait Mace Blicksilver de Marblehead Asset Management.

"Je ne suis pas sûr que les indices puissent vraiment monter encore beaucoup plus avant la fin de l'année", le S&P 500 affichant déjà une progression de près de 27% depuis janvier. "Si le marché pouvait rester à ce niveau d'ici le 31 décembre, tout le monde serait extatique", ajoutait-il.

Depuis plusieurs semaines, le marché sursautait à la moindre rumeur sur les intentions du Comité de politique monétaire de la Fed (FOMC) avant sa dernière réunion de l'année.

Aussi, quand l'institution a annoncé mercredi qu'elle maintenait ses taux directeurs au même niveau et qu'elle réduisait légèrement son soutien monétaire à l'économie, les investisseurs ont accueilli avec enthousiasme ces décisions, comme soulagés d'avoir enfin un peu plus de clarté sur l'avenir de la politique monétaire américaine.

Que la Fed diminue un peu ses aides à la croissance n'a pas ébranlé les courtiers, ces derniers ayant déjà largement anticipé ce choix et l'interprétant comme un signe de confiance en la reprise économique.

Et les investisseurs ont salué le fait que l'institution assure qu'elle maintiendra pendant encore longtemps ses taux directeurs proches de zéro.

Mais jeudi, les acteurs du marché ont repris leur souffle.

Ils étaient d'autant plus incités à la prudence que les inscriptions hebdomadaires au chômage ont rebondi de façon inattendue aux Etats-Unis la semaine dernière et que les ventes de logements anciens aux Etats-Unis ont reculé en novembre pour le troisième mois consécutif.

D'autres indicateurs étaient plus positifs.

L'indice composite des indicateurs économiques américains a ainsi augmenté davantage qu'escompté en novembre et la croissance de l'activité manufacturière de la région de Philadelphie a été très légèrement supérieure en décembre.

Le fait que les rendements des bons du Trésor à 10 ans grimpent et s'approchent des 3%, signe d'une moindre demande du marché pour ces actifs, "fait aussi monter les inquiétudes sur le marché et explique en partie le petit repli" des indices, estimait Gregori Volokhine, président de Meeschaert Financial Services.

Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a terminé à 2,925% contre 2,885% mercredi soir. Celui à 30 ans a de son côté reculé, à 3,901% contre 3,913% la veille.

jum/sl/pb/rap