NOUVELLES
19/12/2013 06:17 EST | Actualisé 18/02/2014 05:12 EST

Ryan et les Falcons ont eu bien des ennuis dans les stades adverses

FLOWERY BRANCH, États-Unis - Au fil d'une saison de misère, c'est assurément à l'étranger que Matt Ryan et les Falcons d'Atlanta ont eu le plus d'ennuis.

Les Falcons (4-10) visiteront un stade adverse pour la dernière fois en 2013 ce lundi soir, à San Francisco (10-4). Le club de Mike Smith n'a gagné qu'une fois sur sept en dehors du Georgia Dome, et cela dans un site neutre à Toronto face aux Bills, le 1er décembre.

Les revirements ont souvent nui en terre hostile avec Ryan y commettant 12 interceptions, contre seulement deux à la maison.

«J'aimerais bien savoir pourquoi c'est comme ça, a dit Ryan. J'aimerais vraiment le savoir. Depuis mon arrivée ici en 2008, nos fiches ont été relativement semblables à domicile et ailleurs. Je pense que la clé est d'être constant de semaine en semaine, peu importe où sont les matches, mais nous n'avons pas été très constants cette année.»

Avant la saison Ryan a vu son contrat prolongé de cinq ans pour 104 M $, dont 59 M $ garantis, mais ce n'est qu'à Atlanta que son rendement l'a justifié, avec 11 passes de touché en sept matches.

Ryan est en voie de franchir le cap des 4000 verges aériennes pour la troisième année de suite, mais des blessures aux ailiers l'ont amené à devoir viser de nouvelles cibles pendant un bon bout de la campagne. Une blessure au pied a mis fin à la saison de Julio Jones après cinq matches, tandis que Roddy White a raté trois matches à cause d'ennuis à la cheville et à l'arrière de la cuisse.

Il reste que les Falcons connaissent présentement leur meilleure séquence de la saison, avec deux gains à leurs trois derniers matches. Les 49ers ont toutefois pris tout un élan, ayant remporté leurs quatre dernières rencontres.