NOUVELLES
19/12/2013 07:01 EST | Actualisé 18/02/2014 05:12 EST

Québec vient en aide aux fermiers urbains

Les fermiers de Québec qui avaient fait les manchettes en début d'année parce que leur compte de taxes avait subi jusqu'à 1000 % de hausse peuvent maintenant pousser un énorme soupir de soulagement.

Le ministre de l'Agriculture François Gendron a annoncé des modifications au programme de crédit de taxes foncières agricoles pour alléger leur fardeau financier.

Le gouvernement abaisse les critères d'admissibilité pour pouvoir bénéficier du Programme de crédit de taxes foncières agricoles. Le revenu brut moyen minimal requis par 100 $ d'évaluation foncière passera de huit dollars à cinq dollars pour les agriculteurs urbains, en 2014.

Ainsi, le compte de taxe des propriétaires de la ferme Proteau, située sur la rue du Vignoble à Charlesbourg, passera de 25 000 $ à 7000 $.

« On va dormir tranquille à soir, ça va être merveilleux » s'est réjoui l'un des propriétaires, André Proteau.

L'évaluation foncière de cette ferme, comme toutes celles qui sont situées en milieu urbain, a subi d'importantes hausses ces dernières années en raison de la spéculation des terrains de leur secteur. Plusieurs n'avaient plus droit au crédit agricole en raison de la valeur de leur ferme.

L'Union des producteurs agricoles réclamait ce changement depuis plusieurs mois. « Ça s'adresse aux producteurs qui sont en zone périurbaine, qui doivent assumer des taxes élevées en raison de leur situation. C'est une bonne nouvelle, on a travaillé avec le ministère », a précisé le président Marcel Groleau.

Environ 300 producteurs agricoles au Québec sont visés par cette mesure.

En mai dernier, le maire de Québec avait déjà accepté d'adopter un taux de taxe distinct pour permettre de réduire la facture des agriculteurs du secteur Charlesbourg.