NOUVELLES
19/12/2013 01:02 EST | Actualisé 18/02/2014 05:12 EST

L'ex-joueur des Renegades Kerry Joseph se souvient de son séjour à Ottawa

Kerry Joseph se souvient du match comme si c'était hier.

Tandis que le score était de 33-10 en faveur des Alouettes de Montréal au quatrième quart du match disputé à l'occasion de la Fête du Canada en 2005, le quart de troisième année avait mené les Renegades d'Ottawa à une improbable remontée victorieuse de 39-36 en prolongation au Frank Clair Stadium.

«Ce match-là est encore très clair dans ma mémoire», a confié Joseph récemment.

Ce fut l'un des seuls faits saillants de la brève existence de quatre saisons des Renegades.

Comme ce fut le cas pour les Rough Riders avant eux, le deuxième séjour de la ligue dans la capitale fédérale a pris fin en raison de la mauvaise gestion de la direction, des mauvaises performances sur le terrain et du désintérêt de la base partisane.

Les Renegades ont fermé boutique avant la saison 2006, mais les vestiges du club sont toujours observables au travers de la ligue alors que la LCF tente une troisième approche à Ottawa — cette fois-ci sous le nom de Rouge et Noir —, qui doit entamer ses opérations dès 2014.

«J'avais le sentiment que ça reviendrait, d'abord parce que c'est la capitale du Canada, a expliqué Joseph, qui a passé ses quatre dernières saisons professionnelles dans un poste de quart réserviste chez les Eskimos d'Edmonton. Comment peut-on refuser d'instaurer une concession de football dans cette ville? J'avais le sentiment qu'une opportunité allait se présenter d'elle-même.»

Lorsqu'il songe aux raisons qui ont expliqué la disparition des Renegades, Joseph a souligné le manque total de communication entre les propriétaires, la direction et les entraîneurs du club.

«La communication, du sommet jusqu'à la base, bref la structure au complet, a fait défaut, a-t-il confié. De façon générale, lorsqu'on regarde n'importe quel domaine d'affaires ou n'importe quelle entreprise, si ce n'est pas structuré correctement alors les choses vont s'effondrer d'elles-mêmes, et c'est malheureusement ce qui s'est produit.»

L'ex-joueur, aujourd'hui âgé de 40 ans, sera toujours redevable aux Renegades puisqu'ils lui ont offert la chance de se faire valoir au poste de quart, une avenue qui n'était même pas envisageable durant son bref séjour dans la NFL.

«Ils m'ont offert l'opportunité que je recherchais et ils m'ont donné les commandes en me disant 'Hey, c'est ton équipe de football, va nous gagner des matchs', a-t-il relaté. Je n'avais pas à me soucier du reste, j'avais simplement à me présenter sur le terrain et à offrir le meilleur de moi-même pour qu'on puisse ajouter des chiffres dans la colonne des victoires.»

Et même si l'équipe est éventuellement disparue, les choses se sont bien déroulées pour Joseph, qui a été repêché au premier rang par les Roughriders de la Saskatchewan lors du repêchage de dissolution des Renegades à l'aube de la saison 2006. Il a éventuellement remporté la Coupe Grey, la saison suivante.

«C'était un cadeau du ciel déguisé, tout comme pour les autres gars, a-t-il admis. À l'époque, après la dissolution de l'équipe, beaucoup de gars ont perdu leur gagne-pain.»

Au bout du compte, seuls quatre joueurs qui ont porté les couleurs des Renegades ont poursuivi leur carrière dans la LCF l'an dernier, dont le demi défensif Korey Banks.

Parmi les autres joueurs qui ont porté les couleurs des Renegades et qui évoluaient toujours dans la ligue en 2013 se trouvent le demi défensif des Alouettes Kyries Hebert ainsi que le bloqueur des Blue Bombers de Winnipeg Marc Parenteau.

«J'ai réussi trois interceptions lors du dernier match dans ce stade, s'est souvenu Hebert. Je n'oublierai jamais ça.»

Contrairement aux propriétaires des Rough Riders et des Renegades, le Rouge et Noir appartient à un groupe d'hommes d'affaires bien ancré dans la communauté d'Ottawa.

La nouvelle concession a commencé à prendre forme, puisque le directeur général Marcel Desjardins a déjà embauché l'ex-coordonnateur défensif des Stampeders de Calgary Rick Campbell pour devenir le premier entraîneur-chef du Rouge et Noir et que l'équipe a sélectionné le vétéran quart Kevin Glenn au premier rang du repêchage d'expansion plus tôt cette semaine.

Le parc Lansdowne est également en train de subir une cure de rajeunissement, laquelle comprend notamment la construction d'une nouvelle partie sud du Frank Clair Stadium.

Entre-temps, Joseph n'a toujours pas déterminé s'il allait jouer la saison prochaine, mais il a reconnu qu'il avait songé à effectuer un retour à Ottawa.

«J'ose à peine imaginer à quel point ce serait emballant d'avoir l'opportunité de courir de nouveau sur ce terrain, a évoqué Joseph. Que ce soit dans leur uniforme ou dans un autre, j'ignore si les mots suffiraient pour décrire ce que je ressentirais... Même si c'est à titre d'entraîneur, juste le fait d'être là, je crois que ce serait un moment inoubliable.»