NOUVELLES
19/12/2013 09:35 EST | Actualisé 18/02/2014 05:12 EST

Le pétrole quasi stable à New York après la Fed et les stocks américains

Le cours du pétrole new-yorkais était quasi stable jeudi peu après l'ouverture, le marché reprenant son souffle au lendemain de l'annonce d'une réduction du soutien de la Banque centrale américaine (Fed) et d'un recul des stocks de brut aux Etats-Unis.

Vers 14H15 GMT sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en janvier grappillait 1 cent et s'échangeait à 97,81 dollars, après avoir démarré la séance en légère baisse.

Au lendemain d'une session riche en informations, la pression retombait et le marché était peu incité à prendre des risques. Il se concentrait principalement sur des éléments techniques, selon Oliver Spoul de iiTrader.com.

Dans le sillage des records du Dow Jones et du S&P 500 à Wall Street mercredi, "on atteint des seuils de résistance et les marchés de matières premières restent dans des fourchettes d'échanges limitées", relevait-il.

La veille, le marché avait accueilli plutôt positivement la décision de la Fed de réduire "modestement" le montant de ses injections de liquidités sur les marchés financiers.

Cette annonce est a priori plutôt négative pour les cours du brut car les achats d'actifs de la Fed favorisent les investissements dans les actifs jugés risqués et diluent la valeur du dollar, deux éléments de nature à faire monter le prix du brut.

Mais la décision de la Fed reflète aussi le fait que ses responsables sont confiants dans l'amélioration de l'économie américaine, de bon augure pour la demande énergétique.

L'autre grande nouvelle du jour mercredi était la nouvelle baisse des stocks de brut aux Etats-Unis: au cours des trois dernières semaines, les réserves d'or noir ont au total reculé de 19,1 millions de baril.

Une diminution des stocks pétroliers est généralement positive pour les cours du brut puisqu'elle rassure les investisseurs sur la vigueur de la consommation énergétique aux Etats-Unis, premier consommateur mondial d'or noir.

jum/sl/sam