NOUVELLES
19/12/2013 10:26 EST | Actualisé 18/02/2014 05:12 EST

Le monde doit maintenir la pression sur l'Iran (Shimon Peres)

Le président israélien a appelé la Chine et les grandes puissances à maintenir la pression sur l'Iran, alors que les négociations ont repris à Genève sur l'application de l'accord conclu en novembre sur le programme nucléaire controversé de Téhéran.

"Le monde, dans lequel la Chine joue un grand rôle, devrait aider le peuple iranien à prendre ses distance avec les stratégies de menace et d'hostilité, pour empêcher (l'Iran) d'accéder à la capacité nucléaire", a déclaré Shimon Peres après une rencontre avec le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, à Jérusalem.

"Nous devons maintenir la pression diplomatique, et nous assurer que les sanctions restent efficaces pour obliger l'Iran à se soumettre aux inspections et aux restrictions que la communauté internationale lui demande", a ajouté M. Peres, selon un communiqué publié par son bureau.

Les discussions entre les experts des "5+1", dont fait partie la Chine, et de l'Iran au sujet de l'application de l'accord de Genève conclu le 24 novembre doivent commencer à 14H00 GMT.

Les deux parties vont décider des modalités de l'application de cet accord, formuler ses procédures et convenir de la date d'exécution de la première partie, selon M. Araqchi, un membre de l'équipe de négociateurs iraniens cité par la radio-télévision iranienne.

Lors d'une avancée diplomatique majeure, les "5+1" et l'Iran avaient conclu un accord qui prévoit l'absence de nouvelles sanctions contre l'Iran durant une période intérimaire de six mois, pendant laquelle Téhéran a accepté de geler le développement de son programme nucléaire.

L'Iran est soupçonné, notamment par Israël et malgré ses dénégations, de chercher à se doter de l'arme atomique sous couvert de son programme nucléaire civil. L'Etat hébreu a affirmé à plusieurs reprises qu'il n'écartait pas une intervention militaire pour empêcher Téhéran de se doter d'une telle arme.

"Nous ne voyons pas le peuple iranien comme notre ennemi", a cependant affirmé M. Peres jeudi. "Nos ennemis, ce sont les idéologies et les politiques du régime iranien".

MM. Peres et Wang Yi ont également abordé la question des négociations de paix israélo-palestiniennes, le président Peres remerciant la Chine pour son soutien "constructif".

scw/hmw/jk/cbo/cnp