NOUVELLES
19/12/2013 09:33 EST | Actualisé 18/02/2014 05:12 EST

Le leader ukrainien dénonce l'interférence occidentale et se rapproche de Moscou

KIEV, Ukraine - Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch a condamné, jeudi, les appuis offerts par l'Occident aux manifestants qui réclament sa démission et annoncé que son pays pourrait partiellement se rallier à une union économique russe — ce qui risque d'envenimer encore davantage la crise politique qui frappe son pays.

Lors d'une entrevue télévisée accordée à certains journalistes triés sur le volet, M. Ianoukovitch a dénoncé les pays occidentaux qui interfèrent avec les affaires internes de son pays.

D'importants diplomates occidentaux ont participé aux manifestations sur la place de l'Indépendance au cours des dernières semaines. La secrétaire d'État adjointe des États-Unis, Victoria Nuland, a même distribué des sandwichs aux manifestants.

«C'est très important. C'est une question interne, a dit M. Ianoukovitch. Que les autres pays ne pensent pas qu'ils sont le patron ici et qu'ils peuvent se mêler de nos affaires. Je m'oppose catégoriquement à voir quelqu'un venir ici pour nous enseigner à vivre.»

M. Ianoukovitch est confronté à des manifestants en colère depuis un mois, depuis qu'il a subitement renoncé à signer une entente prévue de longue date avec l'Union européenne pour plutôt resserrer ses liens avec la Russie.

Les manifestations ont attiré des centaines de milliers de personnes après qu'une intervention musclée des policiers ait fait des dizaines de blessés.

M. Ianoukovitch a fait ces commentaires deux jours après que Moscou ait lancé une bouée de sauvetage de 15 milliards $ US à son économie en difficulté. À Moscou, le président russe Vladimir Poutine a déclaré avoir simplement voulu aider un partenaire en difficulté, et que cette aide n'est pas liée aux discussions entre l'Ukraine et l'Union européenne.

«Nous n'avons rien à voir avec ça», a-t-il lancé.

M. Poutine a aussi nié que son pays puisse chercher à annexer, par la force, la portion orientale et principalement russe de l'Ukraine, scindant le pays en deux. La partie Est du pays s'oppose essentiellement aux manifestations antigouvernementales qui défèrlent sur Kiev.

«C'est complètement absurde», a dit le président russe.

M. Ianoukovitch a ajouté que l'Ukraine pourrait maintenant se rallier à l'union douanière russe, même si certains manifestants affirment que cela replacerait l'Ukraine sous le joug de Moscou, comme à l'époque soviétique. Le président ukrainien a révélé que les pourparlers reprendront concernant une gestion conjointe russo-ukrainienne du réseau ukrainien de pipelines qui transporte le gaz naturel russe vers l'Europe.

«L'Ukraine doit trouver un modèle de relations avec ses partenaires stratégiques qui sera acceptable à tous», a dit M. Ianoukovitch.

Les analystes ont toutefois prévenu que de telles décisions sont incompatibles avec l'entente européenne et qu'elles seront rejetées par l'opposition.

«Soyons totalement clairs, c'est totalement incompatible avec les ententes actuelles avec l'UE et ce ne sera pas perçu comme une preuve que l'Ukraine est sérieuse en ce qui concerne l'intégration européenne», a dit Tim Ash, de la Standard Bank de Londres.