NOUVELLES
19/12/2013 06:58 EST | Actualisé 18/02/2014 05:12 EST

La famille du président du Tadjikistan conduit des voitures volées en Allemagne

Des enquêteurs allemands ont localisé environ 200 véhicules volés au Tadjikistan, dont certains sont conduits par des membres de la famille de l'homme fort du pays, Emomali Rakhmon, ont affirmé jeudi le quotidien Bild et la Ville de Berlin.

Ces accusations ont été démenties par l'ambassade du Tadjikistan en Allemagne.

Grâce au système de GPS, des enquêteurs allemands, mandatés par les Parquets de Berlin et de Kaunas en Lituanie, ont retrouvé au Tadjikistan environ 200 véhicules volés, a expliqué la porte-parole pour la Justice de la Ville de Berlin, Lisa Jani, confirmant des informations publiées dans Bild.

Les policiers ont notamment retrouvé dans cette ancienne république soviétique la trace de 93 voitures de marque BMW immatriculées initialement en Allemagne, selon le journal à grand tirage.

Le sénateur de la Ville de Berlin chargé de la Justice Thomas Heilmann a averti le ministère des Affaires étrangères dans un courrier daté du 23 mai : "La plupart des véhicules se trouvent entre les mains de personnes qui ont des liens économiques ou familiaux avec la famille du président tadjik".

Selon Bild, l'ambassadeur du Tadjikistan à Berlin a été convoqué au ministère allemand des Affaires étrangères, mais ce dernier a refusé de commenter ces informations, indiquant seulement: "Il y a eu des discussions avec la partie tadjike sur la coopération en matière de lutte contre la criminalité organisée".

L'ambassade du Tadjikistan à Berlin a publié un communiqué dans l'après-midi qualifiant les accusations de "totalement infondées" et dénonçant une "volonté de nuire à la réputation de l'Etat et de son président".

"Le Tadjikistan et l'Union européenne, dont fait partie l'Allemagne, n'ont pas de frontière commune (...) Avant que les voitures ne passent notre frontière, elles vont traverser plusieurs pays et changent à plusieurs reprises de propriétaire. Les douanes contrôlent que chaque voiture importée vers le Tadjikistan dispose de papiers en règle", a poursuivi l'ambassade.

La Ville de Berlin avait également affirmé qu'une saisie des véhicules suspects avait été demandée aux autorités locales, sans que cette demande ne soit suivie d'effet.

L'ambassade a rétorqué dans son communiqué avoir demandé en vain aux autorités allemandes de lui fournir les données du registre des voitures volées.

Selon Bild, le ministre tadjik des Affaires étrangères a annulé à la dernière minute un voyage prévu en octobre à Berlin en apprenant que les autorités allemandes voulaient s'entretenir du sujet avec lui.

fz-yap-hap/aro/sym