NOUVELLES
19/12/2013 08:56 EST | Actualisé 18/02/2014 05:12 EST

FC Barcelone: Rosell déplore les attaques contre l'entourage de Messi

Les attaques contre l'entourage de Lionel Messi "ne cessent pas", a déploré jeudi le président du FC Barcelone Sandro Rosell, soulignant que les enquêteurs ont pourtant "écarté tout lien" avec une enquête sur un éventuel blanchiment d'argent tiré du trafic de drogue.

"Le ministère de l'Intérieur et la Garde civile ont explicitement et totalement écarté tout lien entre l'entourage de Leo Messi et toute enquête judiciaire ouverte. Malgré cela, les attaques contre l'entourage du joueur ne cessent pas", a-t-il fait valoir lors d'une conférence de presse.

Une enquête a été ouverte au printemps 2012 en Espagne sur des matches de gala à but caritatif joués par Lionel Messi qui pourraient avoir servi à blanchir de l'argent lié au trafic de drogue, avaient indiqué lundi les enquêteurs.

Le quadruple Ballon d'Or n'aurait toutefois lui-même absolument rien à voir dans cette affaire, pas plus que son père, Jorge Messi, avaient-il ajouté.

L'enquête, ouverte en avril 2012 en collaboration avec les autorités colombiennes et l'Agence anti-drogue américaine (DEA), vise un réseau qui, grâce à la "collaboration de citoyens espagnols, se livrerait à des activités de blanchiment d'argent à travers l'organisation d'événements musicaux et sportifs en Espagne, Amérique du Sud et aux Etats-Unis", avait expliqué la Garde civile.

Le réseau serait ainsi "derrière l'organisation de plusieurs matches connus comme "La bataille des étoiles" ou "Messi et ses amis contre le Reste du monde", joués dans divers endroits en Amérique du Sud et aux Etats-Unis", a précisé la Garde civile.

LMM (Leo Messi Management), l'entreprise qui gère les droits d'image du joueur et que préside son père, a pour sa part affirmé lundi que "comme l'ont déjà indiqué des sources du ministère de l'Intérieur et de la Garde civile à des agences de presse, Jorge Messi n'a jamais été mêlé à cette affaire".

"Ni LMM, ni la Fondation Leo Messi n'organisent ces matches, gérés par un tiers", avait-elle souligné dans un communiqué.

L'opération s'est soldée jusqu'ici par quatre arrestations et la mise en examen de huit autres personnes ainsi que de quatre entreprises.

dbh-ib/jed/chc