NOUVELLES
19/12/2013 10:07 EST | Actualisé 18/02/2014 05:12 EST

Centrafrique: le Tchad renforce son contingent au sein de la force africaine

Le Tchad a augmenté les effectifs de son contingent militaire au sein de la force africaine en Centrafrique (Misca) à 850 hommes, a annoncé jeudi le président tchadien Idriss Déby Itno dans un message lu à l'Assemblée nationale.

"Le contingent tchadien (...) est passé à 850 hommes", a indiqué le président de l'Assemblée nationale Haroune Kabadi, en lisant un message aux parlementaires du chef de l'Etat tchadien.

"L'autorité de l'Etat centrafricain délité a ouvert la voix aux pillages, à la destruction des biens publics et privés, aux viols, aux meurtres, plus grave à un conflit interconfessionnel", affirme le message présidentiel.

"Les conséquences de cette déliquescence de l'Etat centrafricain, si elles ne sont pas maîtrisées, risquent de porter atteinte à la stabilité de toute la sous-région", a ajouté le président Déby.

Le Tchad, puissance militaire incontournable dans la région, possède l'un des contingents les plus importants au sein de la Misca, aux côtés du Congo, de la RDC, du Cameroun, du Gabon, de la Guinée Equatoriale et du Burundi.

Les Centrafricains accusent régulièrement les Tchadiens de la Misca de soutenir les ex-rebelles Séléka -dont certains sont originaires du Tchad- qui ont renversé le président Bozizé en mars, et ont commis depuis de multiples exactions sur les civils.

Forte actuellement de 3.700 hommes, la Misca devrait compter à terme 6.000 militaires venus de tout le continent africain pour mener à bien, au côté de l'armée française, sa difficile mission de rétablir la sécurité dans le pays.

Près de 1.600 soldats français sont également déployés en RCA dans le cadre de l'opération Sangaris menée depuis le 5 décembre en soutien à la force africaine, après une vague de violences meurtrières entre chrétiens et musulmans qui a fait près d'un millier morts ces deux dernières semaines.

yas/cl/hba/sd