NOUVELLES
19/12/2013 09:21 EST | Actualisé 18/02/2014 05:12 EST

Cameron réaffirme son opposition totale à une défense européenne

Le Premier ministre britannique David Cameron a réaffirmé jeudi, en arrivant au sommet européen consacré à la défense, son opposition totale à ce que l'Union européenne se dote de capacités militaires communes.

"Il est sensé pour les nations de coopérer dans le domaine de la défense afin d'assurer notre sécurité. Cela est dans notre intérêt mais il n'est pas bon pour l'UE de se doter de capacités communes, d'armées, de moyens aériens et du reste", a-t-il déclaré à son arrivée au sommet à Bruxelles.

"Nous devons établir une séparation claire entre la coopération, qui est bonne, et les capacités de l'UE, qui sont mauvaises", a-t-il ajouté.

Le Royaume-Uni est traditionnellement hostile au concept d'"Europe de la défense", estimant que les Etats et l'Otan, qui compte les Etats-Unis comme membre, se partagent la responsabilité d'assurer la sécurité du continent. L'action de l'UE ne peut que servir d'appui et être complémentaire à celle de l'Otan, selon Londres.

Les Britanniques ont ainsi insisté pour que le secrétaire général de l'Alliance atlantique, Anders Fogh Rasmussen, soit invité jeudi après-midi à assister à la réunion sur la défense.

Le Premier ministre belge, Elio Di Rupo, a déclaré pour sa part espérer que l'UE allait "faire un pas" dans la coopération, même si "on est loin d'une défense intégrée".

Lors de ce premier sommet consacré à la défense depuis 2008, les chefs d'Etat et de gouvernement devraient se mettre d'accord pour réaffirmer leur volonté de coopérer davantage. Ils pourraient ainsi se mettre d'accord pour lancer des programmes communs, ouverts aux pays volontaires, dans les drones ou le ravitaillement en vol. La France espère aussi des progrès dans la surveillance maritime.

jri/aje/via