NOUVELLES
18/12/2013 10:17 EST | Actualisé 17/02/2014 05:12 EST

Wall Street tergiverse en attendant la décision de la Fed

Wall Street évoluait sur une note contrastée mercredi peu après l'ouverture, alors que tous les acteurs du marché se préparaient à réagir à une décision très attendue de la banque centrale américaine (Fed): le Dow Jones grappillait 0,32% tandis que le Nasdaq perdait 0,24%.

Vers 14H55 GMT, le Dow Jones avançait de 51,37 points à 15.926,63 points et le Nasdaq, à dominante technologique, reculait de 9,54 points à 4.014,14 points.

L'indice élargi S&P 500 s'appréciait de 0,10% (+1,76 point) à 1.782,76 points.

La Bourse de New York s'était montrée particulièrement prudente mardi, évitant de prendre trop de risques avant d'être fixée sur le sort de la politique monétaire des Etats-Unis: le Dow Jones avait cédé 0,06% à 15.875,26 points et le Nasdaq 0,14% à 4.023,68 points.

Le Comité de politique monétaire de la Fed (FOMC), qui a entamé ses travaux mardi, doit annoncer à 19H00 GMT s'il est temps ou non de réduire son aide monétaire exceptionnelle à l'économie.

Dans la foulée, Ben Bernanke tiendra sa dernière conférence de presse de l'année.

Pour soutenir la reprise, l'institution maintient ses taux directeurs proches de zéro depuis fin 2008 et achète chaque mois depuis 14 mois pour 85 milliards de dollars en bons du Trésor et titres liés à des créances hypothécaires.

Ces mesures ont nettement participé à l'embellie des marchés financiers, les indices de Wall Street battant record sur record depuis le début de l'année, mais les investisseurs savent que ces mesures ne peuvent durer indéfiniment et que la Fed devra les réduire à mesure que l'économie américaine remonte la pente.

La question est de savoir quand et, à cet égard, les anticipations des observateurs varient, certains misant sur une diminution dès ce mois-ci au vu de la bonne tenue des récents indicateurs, d'autres pariant sur une annonce en début d'année prochaine.

"La meilleure raison évoquée pour retarder un ralentissement est que les marchés peuvent être volatils et très nerveux en fin d'année. Aussi la réaction du marché pourrait être exagérée", notait Chris Low de FTN Financial.

"Mais y aller maintenant peut aussi donner une chance au marché de s'ajuster et de se reconcentrer sur les fondamentaux économiques avant le printemps, quand les projets immobiliers fleurissent" et que les taux d'intérêt importent beaucoup, ajoutait-il.

An attendant l'annonce de la décision de la Fed, les investisseurs pouvaient se reposer sur une série d'indicateurs positifs, qu'il s'agisse de la progression du moral des entrepreneurs allemands en décembre, de la baisse du taux de chômage au Royaume-Uni, à son plus bas depuis 2009 fin octobre, ou d'une progression des mises en chantier de logements aux Etats-Unis en novembre, à leur plus haut niveau en cinq ans.

Le marché obligataire évoluait en baisse. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans progressait à 2,876% contre 2,843% mardi soir et celui à 30 ans à 3,906% contre 3,872% à la clôture précédente.

jum/sl/are