NOUVELLES
18/12/2013 06:45 EST | Actualisé 17/02/2014 05:12 EST

Mini-krach du bitcoin après de nouvelles restrictions en Chine

La monnaie virtuelle bitcoin a plongé de près de 50% mercredi, un mini-krach provoqué par des mesures restrictives supplémentaires en Chine où la principale plateforme d'échanges refuse désormais de nouveaux dépôts de ses usagers.

Sur BTC China, la première plateforme mondiale de transactions de la monnaie électronique, le cours du bitcoin est descendu mercredi jusqu'à 2.100 yuans (340 dollars) -- soit une dégringolade de 46% par rapport à son plus haut niveau des 24 dernières heures.

Un avertissement posté mercredi sur le site internet de BTC China indiquait que "suite à de nouveaux règlements gouvernementaux, (la plateforme) va suspendre les dépôts en CNY (yuans)" que les usagers peuvent faire sur leur portefeuille électronique.

La réaction des spéculateurs chinois n'a pas tardé, faisant dégringoler le cours de la monnaie virtuelle en l'espace de quelques heures. La Chine est le premier marché mondial pour le bitcoin.

Cette "e-monnaie", inventée en 2009 et émise à partir de codes informatiques complexes, peut être stockée dans des portefeuilles électroniques et échangée de gré à gré via des plateformes sur internet contre des devises réelles, sans passer par le système bancaire.

Or, dès lundi, des informations de presse avaient exacerbé la nervosité des usagers chinois.

Le journal financier Diyi Caijing Ribao avait ainsi rapporté que les autorités chinoises avaient interdit les opérations de compensation impliquant des bitcoins aux plateformes de paiements en ligne, tel le très populaire Alipay --service du géant chinois du commerce électronique Alibaba.

Selon le média, qui se référait à une source non identifiée, cette interdiction avait été décrétée lors d'une réunion à huis clos de la banque centrale.

La mesure prise mercredi par BTC China, très vraisemblablement sur ordre des autorités monétaires, représente une restriction encore plus draconienne, estiment des experts.

"Si les moyens de déposer des yuans sur les plateformes (d'achat et de vente de bitcoins) disparaissent totalement, tous les échanges en Chine seront invalidés", a indiqué à l'AFP James Gong, spécialiste des devises numériques et membre de la Bitcoin Foundation, basée aux Etats-Unis.

"Pour obtenir ou céder des bitcoins, les Chinois seront forcés de le faire de façon clandestine, ou alors de passer par les marchés à l'étranger", et cette injonction de la banque centrale est donc, "sous une forme détournée", une interdiction des échanges de bitcoins dans le pays.

Début décembre, un avertissement de la banque centrale chinoise interdisant aux établissements financiers toute transaction en bitcoins avait déjà fait dévisser la monnaie virtuelle, faisant se volatiliser en une heure l'équivalent de 5 milliards de dollars à l'échelle mondiale.

Le cours du bitcoin avait ensuite tenté de se reprendre, certains investisseurs chinois y voyant une opportunité d'achat à moindre frais et d'éventuels bénéfices.

Signe de la fièvre spéculatrice dans le pays, le cours du bitcoin en yuans sur BTC China a explosé cette année, passant de 82,29 yuans (9,80 euros) au 1er janvier à un sommet de 7.588,88 yuans le 30 novembre (904 euros)... sa valeur étant multipliée par 92 en onze mois.

"La mesure prise par la banque centrale vise à apaiser la fièvre des échanges sur le bitcoin et à rationaliser ce marché", a estimé Ding Zhaoyong, professeur de finances à l'université de Jilin (nord-est), interrogé par l'AFP.

Par ailleurs, BTC China tout comme son principal concurrent chinois OKCoin ont tous deux annoncé qu'ils avaient recommencé à imposer des frais de transactions à leurs usagers, disant vouloir ainsi freiner la spéculation et lutter contre les manipulations de cours.

Ce n'est pas la première fois que l'"e-monnaie" survit à un éclatement de ce que des experts qualifient de bulle spéculative: en avril, le cours du bitcoin s'était effondré de 80% en deux jours, avant de rebondir et de reprendre son envol à un rythme décuplé.

awt-jug/seb/ia