NOUVELLES
18/12/2013 08:20 EST | Actualisé 17/02/2014 05:12 EST

Les deux partis au Congrès américain s'entendent enfin sur le budget

Le Congrès a transmis au président Barack Obama, mercredi, un projet de loi de budget qui allège les coupes radicales qui devaient toucher le Pentagone et d'autres agences nationales, un accord tardif qui survient à la fin d'une année politique dont les Américains se souviendront surtout pour la fermeture partielle du gouvernement et l'impasse quasi permanente à Washington.

La promulgation de la loi par le président est assurée. Selon des élus des deux partis à la Chambre des représentants et au Sénat, le texte permettra de s'éloigner de la stratégie de la corde raide au Congrès et d'éviter de nouvelles fermetures gouvernementales dans l'avenir.

Le projet de loi a été adopté par le Sénat à majorité démocrate par un vote de 64 contre 36, six jours après avoir été approuvé par la Chambre des représentants par un vote bipartite de 332 contre 94.

Fruit de discussions intensives de fin d'année, le projet de loi répond aux besoins politiques à court terme des républicains, des démocrates et de la Maison-Blanche. Il n'y a donc eu aucun suspense sur l'issue du vote au Sénat, mais l'incertitude demeure quant aux conséquences de l'accord budgétaire sur les élections de mi-mandat de 2014 et sur les futures disputes au Congrès sur les dépenses et la limite d'endettement du pays.

« Je suis fatigué de l'impasse et les Américains à qui j'ai parlé [...] sont fatigués eux aussi », a déclaré le sénateur démocrate Mark Pryor, de l'Arkansas, qui a voté pour le budget, mais qui devra défendre sa décision lors des élections de mi-mandat. Son probable rival républicain, le représentant Tom Cotton, a voté contre la mesure lorsqu'elle a été présentée à la Chambre des représentants.

L'accord permettra d'éviter 63 milliards de dollars américains en coupes budgétaires automatiques, qui étaient elles-mêmes le résultat d'une précédente incapacité des élus et de la Maison-Blanche à s'entendre sur un vaste plan de réduction du déficit. Cette somme représente environ le tiers des coupes initialement prévues pour 2014-2015.

Les démocrates se sont dits satisfaits que le financement soit rétabli pour des programmes sociaux et d'éducation. Des élus des deux partis et la Maison-Blanche ont accueilli positivement l'annulation des coupes prévues dans la défense.

Pour compenser l'augmentation des dépenses, le législation prévoit des économies de 85 milliards de dollars ailleurs dans le budget. Parmi les mesures prévues figure la hausse des taxes sur les billets d'avion pour financer la sécurité dans les aéroports.