NOUVELLES
18/12/2013 09:15 EST | Actualisé 17/02/2014 05:12 EST

Le PM ukrainien promet la stabilité financière après un accord avec la Russie

KIEV, Ukraine - Les leaders ukrainiens ont affirmé mercredi que les ententes signées mardi avec la Russie assureront la stabilité financière du pays, tandis que l'opposition prétend qu'elles aggraveront les problèmes économiques de l'Ukraine en augmentant sa dépendance face à Moscou.

Le président russe Vladimir Poutine s'est engagé mardi à acheter pour 15 miliards $ US d'obligations du gouvernement ukrainien et à grandement réduire le coût du gaz naturel vendu à l'Ukraine, de manière à réduire la pression politique sur le président Viktor Ianoukovitch.

L'économie ukrainienne risque de se retrouver en défaut de paiement dès l'an prochain, et M. Ianoukovitch tente depuis plusieurs mois d'obtenir une bouée de sauvetage de la Russie et de l'Union européenne.

Sa décision, le mois dernier, de se tourner vers Moscou a donné naissances à de multiples manifestations qui se sont transformées en camp permanent sur la place de l'Indépendance, à Kiev.

Le premier ministre Mikola Azarov a déclaré lors d'une rencontre du Cabinet que l'entente avec la Russie «garantira au peuple une vie stable», tandis qu'une entente avec l'Union européenne aurait plutôt offert à l'Ukraine «une faillite et un effondrement social» pour le Nouvel An, selon l'agence de presse Interfax.

L'entente avec Moscou, qui semble comporter un accès au marché russe et d'importantes commandes pour le secteur manufacturier ukrainien, n'a rien fait pour calmer les manifestants, qui réclament les démissions de MM. Azarov et Ianoukovitch et la tenue d'élections anticipées en 2014.

«Le rabais sur le gaz naturel n'offre aucun avantage aux Ukrainiens. Ianoukovitch a simplement accepté un rabais pour les oligarques qui l'entourent», a dénoncé par voie de communiqué Oleh Tyahnybok, le leader du parti nationaliste d'opposition Svoboda.

En retour d'un rabais d'environ 33 pour cent sur le prix du gaz naturel, l'Ukraine s'est engagée à acheter 20 pour cent plus de gaz russe l'an prochain et à importer davantage de charbon russe.

Ces mesures, en plus des achats russes d'obligations ukrainiennes, ne feront que renforcer la dépendance de l'Ukraine face à son voisin, selon certains détracteurs.

Le directeur d'un groupe de recherche de Kiev, Igor Burakovski, a estimé que la part russe de la dette souveraine ukrainienne pourrait bondir à 50 pour cent, un seuil qui accorderait à Moscou une grande influence politique et économique.

«L'argent permet à l'Ukraine de boucher des trous budgétaires, mais c'est aussi un problème parce qu'il y aura une tentation de dépenser tout cet argent avant l'élection (présidentielle) de 2015», a-t-il expliqué.

L'entente prévoit un examen trimestriel du coût du gaz et des achats d'obligation, ce qui permettra à M. Poutine de maintenir la pression sur son homologue ukrainien.

M. Burakovski croit que l'entente avec Moscou n'empêche pas l'Ukraine d'aussi s'entendre avec l'Union européenne, mais prévient que Moscou risque de tout faire pour s'y opposer.