NOUVELLES
18/12/2013 03:28 EST | Actualisé 16/02/2014 05:12 EST

L'accord avec Moscou a évité à l'Ukraine une "faillite" avec l'UE (Premier ministre)

L'accord "historique" conclu mardi avec Moscou a permis de sauver l'économie ukrainienne de la "faillite", qui aurait eu lieu en cas de signature d'un accord d'association avec l'UE, a déclaré mercredi le Premier ministre ukrainien Mykola Azarov.

L'accord d'association avec l'Union européenne "aurait entraîné la faillite et l'effondrement socio-économique", a déclaré M. Azarov en ouvrant le conseil des ministres.

"Hier on a assisté à un évènement historique", a-t-il ajouté, évoquant la visite à Moscou du président Viktor Ianoukovitch lors de laquelle la Russie a accordé à l'Ukraine 15 milliards de dollars et la baisse d'un tiers des prix du gaz.

"Le précédent contrat gazier (conclu par le Premier ministre de l'époque Ioulia Timochenko aujourd'hui en prison, ndlr) saignait l'économie ukrainienne depuis trois ans et demi", a-t-il dit.

"Le président a mis un terme à cette trahison des intérêts nationaux, dont sont responsables les mêmes forces politiques qui provoquent aujourd'hui l'instabilité dans le pays", a-t-il poursuivi.

L'opposition conteste dans la rue depuis près d'un mois le refus du président ukrainien de signer un accord d'association avec l'UE au profit d'une coopération économique avec la Russie.

"Les accords signés ouvrent de bonnes perspectives à l'économie ukrainienne pour des années à venir. Tout cela aurait été impossible sans accord entre les présidents russe et ukrainien", a-t-il conclu.

Selon M. Azarov en signant l'accord d'association avec l'UE, l'Ukraine aurait dû accepter les conditions du Fonds monétaire international telles que la hausse des tarifs du gaz pour les particuliers, la dévaluation de la devise nationale ou le gel des salaires, tout en achetant le gaz russe au prix fort.

"Aujourd'hui rien ne menace la stabilité économique et financière en Ukraine", a-t-il assuré.

"On ne laissera plus personne déstabiliser la situation", a-t-il déclaré alors que l'opposition a encore mobilisé 50.000 personnes pour dénoncer l'accord avec la Russie mardi soir dans le centre de Kiev.

neo/ml