NOUVELLES
18/12/2013 03:03 EST | Actualisé 17/02/2014 05:12 EST

Hypertension artérielle: une étude américaine suggère des seuils moins stricts

CHICAGO - Plusieurs personnes âgées atteintes d'hypertension pourraient prendre moins de médicaments, selon de nouvelles directives de traitement élaborées par un comité d'experts aux États-Unis. Mais tous les spécialistes ne sont pas d'accord avec cette recommandation, notamment l'agence fédérale américaine qui a formé le comité consultatif.

Les experts du comité soulignent qu'ils n'ont pas modifié la définition de l'hypertension artérielle: 140/90. Pour les adultes âgés de plus de 60 ans, ils recommandent un seuil de traitement plus élevé — en prescrivant des médicaments seulement quand la pression artérielle atteint 150/90 ou plus.

Les traitements trop énergiques contre l'hypertension peuvent causer des évanouissements et des chutes chez les patients plus âgés, ou de mauvaises interactions avec d'autres médicaments prescrits contre d'autres maladies, ont indiqué les membres du comité.

Le comité endosse la cible moins élevée de 140/90 pour les adultes de moins de 60 ans, et pour tous les adultes atteints de diabète ou de maladies du rein.

Les nouvelles directives de traitement publiées mercredi aux États-Unis s'appuient sur une revue des recherches médicales les plus rigoureuses — des études dans lesquelles les patients se sont fait prescrire au hasard des médicaments ou des placebos — publiées depuis la dernière mise à jour en 2003.

Les recherches montrent que les patients plus âgés pourraient éviter des problèmes de santé majeurs comme les crises cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux et les maladies du rein même quand leur pression artérielle est supérieure au niveau actuel recommandé, a indiqué le comité.

Pour plusieurs patients, deux ou trois médicaments, voire plus, sont nécessaires pour faire baisser leur tension artérielle. Plusieurs adultes âgés pourraient probablement réduire leurs doses, ou prendre moins de médicaments différents, afin d'atteindre le nouveau seuil moins strict, a affirmé le docteur Paul James, membre du comité d'experts et chercheur en médecine familiale à l'université de l'Iowa.

Même si les nouvelles directives de traitement ont été élaborées par un comité d'experts formé par le gouvernement américain, elles n'ont pas obtenu l'approbation du gouvernement comme les précédentes versions.

Le directeur du National Heart, Lung and Blood Institute, le docteur Gary Gibbons, a publié un communiqué mercredi pour souligner que son agence n'avait pas approuvé le rapport du comité d'experts.

Les nouvelles directives de traitement ont été publiées mercredi dans le Journal of the American Medical Association.