NOUVELLES
18/12/2013 10:11 EST | Actualisé 17/02/2014 05:12 EST

Égypte: l'ancien président Mohammed Morsi est accusé de complot

LE CAIRE, Égypte - Le principal procureur égyptien a envoyé mercredi en procès le président islamiste déchu Mohammed Morsi, qu'il accuse d'avoir comploté avec le Hamas palestinien, le Hezbollah libanais et d'autres groupes pour mener une campagne de violence dans la péninsule du Sinaï et ailleurs afin de déstabiliser le pays après son départ.

Les procureurs ajoutent qu'au moment où il était président, M. Morsi et ses proches ont dévoilé des informations confidentielles à ces groupes militants et à la Garde révolutionnaire iranienne.

Morsi et 35 autres personnes, dont les trois principaux leaders des Frères musulmans, sont accusés d'avoir commandité des actes terroristes et d'avoir poser des gestes pour miner la stabilité de l'Égypte. Morsi a été chassé de la présidence par l'armée le 3 juillet dernier.

Ces accusations, qui portent sur des événement survenus depuis 2005, sont passibles de la peine de mort. Un des avocats des Frères musulmans, Mohammed el-Damaty, a dit ne rien savoir de ces nouvelles accusations, puisque ses collègues et lui n'ont pu assister à l'interrogatoire de leurs clients.

Aucune date de procès n'a été annoncée dans cette affaire. Morsi fait déjà l'objet d'un procès en lien avec la mort de certains manifestants pendant qu'il était au pouvoir.

Un communiqué publié mercredi par les procureurs égyptiens accuse les Frères musulmans d'avoir importé des armes en Égypte et envoyé leurs membres être entraînés dans la bande de Gaza par le Hezbollah et les forces iraniennes. Les Frères musulmans auraient aussi reçu un financement de l'étranger.