NOUVELLES
18/12/2013 03:10 EST | Actualisé 17/02/2014 05:12 EST

Areva au Niger : une ONG poursuivie pour diffamation renouvelle ses accusations de corruption

L'Observatoire du nucléaire a renouvelé mercredi ses accusations de corruption à l'encontre du groupe nucléaire français Areva pour le versement d'une aide de 35 millions d'euros au Niger, à deux jours du procès en diffamation intenté par le groupe contre cette association.

L'association a annoncé dans un communiqué avoir publié "un nouveau document accablant pour Areva", qui est actuellement en pleine renégociation de son partenariat avec le gouvernement nigérien sur les conditions d'extraction d'uranium dans ce pays pauvre d'Afrique.

Ce document consiste en un enregistrement audio d'une intervention du ministre nigérien des Finances, Gilles Baillet, le 4 décembre 2012 devant l'Assemblée nationale du Niger. Il y évoque le versement par Areva d'une aide de 35 millions d'euros sans contrepartie, affectée pour partie, selon lui, à l'avion présidentiel.

"Areva a promis un don - ce n'est pas un prêt et ce n'est lié à aucune dépense - un don de 35 millions d'euros sur trois ans", déclare un homme dont la voix a été identifiée par un journaliste de l'AFP comme étant celle de M. Baillet. On ignore dans quelles circonstances celui-ci s'est exprimé.

"Areva n'a pas dit +Je vous donne pour acheter x ou pour couvrir telle dépense+. Il y a des besoins qui se sont fait exprimer, il y a déjà une première inscription pour l'avion présidentiel dans le budget 2013, mais insignifiante", poursuit-il. "Et je dois également préciser que ce don ne lie en rien du tout le gouvernement dans son engagement à avoir des conventions gagnant-gagnant avec Areva. Voilà, bon, ça, vous êtes libres de penser ce que vous voulez...".

Selon l'Observatoire du nucléaire, ce don relève "de la corruption, au moins moralement si ce n'est juridiquement".

Areva, qui a reconnu le versement d'une aide de 35 millions d'euros en trois ans, "n'a jamais versé d'argent à l'Etat du Niger pour l'achat d'un avion ou quelque autre affectation que ce soit", a réagi le groupe mercredi, interrogé par l'AFP. "La construction de son budget par l'Etat souverain du Niger relève des seules autorités nigériennes", a-t-il ajouté.

Areva a assigné l'Observatoire du nucléaire pour diffamation, après les premières accusations de corruption qui avaient été portées en décembre 2012. L'assignation sera examinée sur le fond vendredi par le tribunal de grande instance de Paris.

mpa/fga/ei/thm

AREVA