NOUVELLES
18/12/2013 11:19 EST | Actualisé 17/02/2014 05:12 EST

Alep bombardée pour la quatrième journée consécutive

L'armée de l'air syrienne a largué mercredi des barils remplis d'explosifs sur des secteurs d'Alep contrôlés par l'opposition, au quatrième jour d'une offensive sans précédent pour chasser les rebelles de la ville.

L'assaut a fait plus de 165 morts au cours des trois premiers jours, selon l'Observatoire syrien des droits de la personne, à Londres.

L'offensive aérienne laisse croire que le gouvernement du président Bachar Al-Assad tente d'écraser l'opposition à Alep, la plus grande ville du pays, à l'approche d'une conférence de paix internationale prévue à la fin du mois de janvier en Suisse.

Alep est un front majeur de la guerre civile syrienne depuis que les rebelles y ont lancé une offensive à la mi-2012, et depuis, la ville est divisée entre les secteurs contrôlés par l'opposition et ceux dominés par le gouvernement.

Certains des barils largués mercredi sont tombés près d'une école et d'une résidence étudiante, selon un militant installé à Alep. Les avions du régime de Bachar Al-Assad auraient pilonné quatre quartiers, faisant au moins deux victimes. D'autres groupes militants ont rapporté le bombardement, mais un bilan complet est difficile à obtenir.

Les barils contiennent plusieurs centaines de kilos d'explosifs et sont simplement lancés hors des avions, sans aucune précision.

Dans un communiqué publié mardi, Médecins sans frontières affirme que les hôpitaux d'Alep sont débordés par l'afflux de blessés et qu'ils font face à une pénurie de « médicaments essentiels et de matériel médical pour les procédures permettant de sauver des vies ».

L'organisation souligne que les attaques récentes « exercent un effet cumulatif sur les ressources médicales déjà épuisées ».

Le conflit en Syrie, qui dure depuis près de trois ans, semble avoir connu une escalade au cours des dernières semaines, alors que les deux camps tentent de consolider leurs positions avant la conférence de paix de janvier, malgré les appels au cessez-le-feu.

Près de 9 millions de Syriens ont été déplacés par le conflit. Plus de 2,3 millions d'entre eux se sont réfugiés dans les pays voisins, tandis que des millions d'autres ont cherché refuge dans des régions plus sûres de la Syrie.