NOUVELLES
17/12/2013 04:45 EST | Actualisé 16/02/2014 05:12 EST

Washington tente d'apaiser New Delhi après l'arrestation d'une diplomate indienne

Les Etats-Unis s'efforçaient mardi de calmer le jeu avec l'Inde, qui a provoqué une mini crise diplomatique après la brève arrestation la semaine dernière à New York d'une diplomate indienne pour une affaire de visa d'une employée de maison.

Réagissant aux représailles prises par New Delhi contre l'ambassade et des diplomates américains en Inde, le département d'Etat a assuré qu'il se penchait sur les conditions de l'interpellation et de la détention pendant quelques heures jeudi à New York de la consule générale adjointe de l'Inde, Devyani Khobragade.

Dans le cadre de la mise en détention de la diplomate, la presse indienne accuse la police américaine d'avoir procédé à une fouille au corps intégrale de la diplomate. Dans un communiqué, le US Marshals Service (USMS), la police fédérale du ministère de la Justice, a confirmé ces allégations, expliquant que la consule générale adjointe avait été "sujette aux mêmes procédures de fouille que les autres personnes arrêtées par le USMS et détenues dans le district Sud de New York".

Alors que l'affaire fait grand bruit en Inde, la porte-parole adjointe du département d'Etat Marie Harf a concédé qu'il s'agissait d'une "question sensible". Mais, a-t-elle souligné, cela ne doit pas affecter les bonnes relations entre les deux puissances, qui se sont rapprochées de manière spectaculaire ces dix dernières années.

"Jusqu'ici, tout indique que les procédures adéquates ont été suivies (mais) nous continuons à regarder exactement ce qu'il en ressort", a dit prudemment Mme Harf.

La diplomate indienne avait été arrêtée alors qu'elle déposait ses enfants à l'école, pour des soupçons de mauvais traitement et de fausse déclaration concernant le visa de travail de son employée de maison, elle aussi indienne. Elle a été relâchée après quelques heures de détention.

En raison de son statut, la consule générale adjointe avait été interpellée par la police du département d'Etat, la Sûreté diplomatique, puis remise au USMS.

Mme Harf a rappelé que la fonctionnaire indienne bénéficiait d'une "immunité consulaire" aux Etats-Unis uniquement dans le cadre de ses fonctions.

New Delhi a pris mardi des mesures de rétorsion contre Washington en réaction à cette arrestation.

L'Inde a ordonné le retrait de cartes d'identité remises aux fonctionnaires américains en poste et leur permettant de passer plus rapidement les contrôles dans les aéroports et autres lieux publics.

Le ministre indien des Affaires étrangères Salman Khurshid avait prévenu que son pays réagirait aux conditions de cette interpellation qu'il a qualifiées de "totalement inacceptables".

Autre mesure punitive, des barrières de sécurité ont apparemment été retirées devant l'ambassade des Etats-Unis à New Delhi.

"Evidemment, la sécurité et la sûreté de nos diplomates et agents consulaires sur le terrain sont en tête de nos priorités", a prévenu Mme Harf.

Celle-ci a révélé que son ministère avait averti en septembre l'ambassade d'Inde à Washington qu'un "ressortissant indien avait proféré des accusations de mauvais traitements qui auraient été commis par la consule générale adjointe de l'Inde à New York".

nr/bdx