NOUVELLES
17/12/2013 02:40 EST | Actualisé 16/02/2014 05:12 EST

Un accueil froid pour Pamela Anderson, l'actrice opposée à la chasse aux phoques

ST-JEAN, T.-N.-L. - L'actrice Pamela Anderson et un producteur hollywoodien des «Simpsons» ont été reçus froidement, mardi, à Saint-Jean, Terre-Neuve-et-Labrador, alors qu'ils tentaient d'offrir 1 million $ pour aider les résidants locaux à mettre fin à la chasse aux phoques sur la côte Est.

Des membres du syndicat des Travailleurs unis des pêches et de l'alimentation, représentant les chasseurs, ont pressé de questions Pamela Anderson et Sam Simon au cours d'une conférence de presse chaotique donnée à l'extérieur des bureaux de l'Association canadienne des chasseurs de phoques.

À un certain moment, le comédien Mark Critch, de l'émission satirique de la CBC «This Hour Has 22 Minutes», s'est pointé, offrant 1 million $ à Pamela Anderson pour qu'elle cesse d'être une actrice.

Sam Simon, cocréateur des «Simpsons», a fait valoir que son but était d'encourager respectueusement les gouvernements à légiférer pour mettre fin aux permis de chasse aux phoques tout en protégeant les pratiques traditionnelles autochtones.

Le producteur a offert une réplique géante d'un chèque de 1 million $ à l'Association canadienne des chasseurs de phoques. Les bureaux de l'Association étaient fermés, et aucun représentant n'assistait à la conférence de presse.

Mais le président du syndicat des Travailleurs unis des pêches et de l'alimentation, Earl McCurdy, a qualifié d'insultante la proposition de M. Simon, qui dénotait une ignorance de la situation.

Dans une lettre adressée mardi au président de l'Association, Eldred Woodford, M. Simon souligne que l'Organisation mondiale du commerce a maintenu l'embargo de l'Union européenne sur l'importation de produits du phoque.

Un comité de règlement du litige a indiqué le mois dernier que certains aspects de l'embargo sont iniques pour le Canada, mais qu'il peut être justifié par des «considérations morales publiques» pour le bien-être des animaux.

«Le commerce des phoques est terminé. Des leaders aussi différents que les présidents Barack Obama et Vladimir Poutine ont embrassé ce changement et pourtant, les politiciens canadiens demeurent trop tièdes par crainte d'indisposer les électeurs de l'est du Canada — et de sembler ne pas tenir compte des chasseurs», écrit M. Simon dans sa lettre.

La ministre fédérale des Pêches, Gail Shea, a réaffirmé son soutien à la chasse aux phoques au Canada, le 6 décembre dernier, au cours d'une visite dans un magasin de Saint-Jean qui vend des produits de fourrure de phoque. Ottawa et le gouvernement provincial annonçaient alors qu'ils dépenseront près de 500 000 $ dans un projet pilote conjoint pour offrir de la viande de phoque dans des commerces au Canada et outremer l'an prochain.