NOUVELLES
17/12/2013 11:57 EST | Actualisé 16/02/2014 05:12 EST

Québec resserre les règles d'entreposage des BPC

POINTE-CLAIRE, Qc - La découverte d'un site qui entreposait illégalement des biphényles polychlorés (BPC) à Pointe-Claire a poussé Québec à resserrer la gestion de ces produits chimiques et à mieux encadrer leur élimination progressive.

Le ministre de l'Environnement, Yves-François Blanchet, a présenté mardi les mesures que le gouvernement compte mettre en place afin d'y parvenir.

Le nouveau programme d'inspection permettra d'assurer un meilleur suivi de la présence de matières contenant des BPC sur le territoire québécois et de superviser leur transfert vers un site autorisé, a indiqué le ministre Blanchet.

Plus d'une soixantaine d'inspections seront effectuées d'ici avril 2014 dans l'ensemble des lieux où ont été déclarés ou découverts des BPC depuis la fin des années 1990.

Tous les lieux ciblés devront être vérifiés dans un horizon de cinq ans, a précisé M. Blanchet, qui était accompagné du maire de Pointe-Claire, Morris Trudeau, pour cette annonce.

Le ministre Blanchet a également interpellé les citoyens, qu'il invite à signaler les «sites délinquants» qui entreposent la substance polluante sans la déclarer aux autorités concernées.

«Les gens qui sont en défaut ne lèvent pas la main pour nous le dire. Ils sont, par nature, discrets», a-t-il affirmé en conférence de presse.

«Donc, nous, on insiste et on sensibilise les gens. Si vous croyez qu'un site contenant des matières contaminées au BPC ou des BPC est près de chez vous, près de votre lieu de travail, appelez au ministère de l'Environnement, appelez à Urgence-Environnement», a insisté M. Blanchet.

La mise en oeuvre du nouveau programme se fera à coût nul, puisqu'il sera effectué sur la base d'un réaménagement des tâches des inspecteurs, selon le ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs (MDDEFP).