NOUVELLES
17/12/2013 03:37 EST | Actualisé 15/02/2014 05:12 EST

Pamela Anderson, l'actrice opposée à la chasse au phoque, froidement accueillie à Terre-Neuve

La comédienne Pamela Anderson et un producteur des Simpsons, Sam Simon, ont été froidement accueillis à Saint-Jean, à Terre-Neuve-et-Labrador, mardi. Ils voulaient offrir 1 million de dollars pour aider les résidents locaux à mettre fin à la chasse aux phoques sur la côte est.

Des membres du Syndicat des travailleurs unis des pêches et de l'alimentation, représentant les chasseurs, ont pressé Pamela Anderson et Sam Simon de questions au cours d'une conférence de presse chaotique donnée à l'extérieur des bureaux de l'Association canadienne des chasseurs de phoques.

À un certain moment, le comédien Mark Critch, de l'émission satirique de CBC This hour has 22 Minutes, s'est manifesté, offrant 1 million de dollars à Pamela Anderson pour qu'elle abandonne son métier de comédienne.

Sam Simon, l'un des cocréateurs des Simpsons, a expliqué que son but était d'encourager respectueusement les gouvernements à légiférer pour mettre fin aux permis de chasse au phoque, tout en protégeant les pratiques traditionnelles autochtones.

Le producteur a offert une réplique géante d'un chèque de 1 million de dollars à l'Association canadienne des chasseurs de phoques. Les bureaux de l'Association étaient fermés, et aucun représentant n'assistait à la conférence de presse.

Mais le président du syndicat des Travailleurs unis des pêches et de l'alimentation, Earle McCurdy, a qualifié d'insultante la proposition de Sam Simon, qui dénotait une ignorance de la situation.

Ce n'est pas la première fois que Pamela Anderson se porte à la défense des animaux. En 2012, l'actrice avait demandé à la première ministre de l'Alberta, Alison Redford, d'exercer son influence pour convaincre les organisateurs du Stampede de Calgary de « mettre fin à ces spectacles ».

Comme le chanteur Paul McCartney et le comédien Martin Sheen, Pamela Anderson est une des célébrités qui se prononcent ouvertement contre l'industrie de la chasse au phoque.

La Presse Canadienne