NOUVELLES
17/12/2013 06:48 EST | Actualisé 16/02/2014 05:12 EST

Les aveux vidéo du tueur de Linda McInnis

Plus de 11 mois après le meurtre de Linda McInnis dans son condo du quartier St-Roch à Québec, la bande vidéo du témoignage du meurtrier aux enquêteurs permet d'en savoir plus sur ce qui s'est passé dans la nuit du 4 au 5 janvier.

Radio-Canada a obtenu l'enregistrement des aveux de Myrko Kvist aux policiers de Québec, en mars dernier.

L'homme de 40 ans raconte pratiquement tout, en détail, sauf quelques moments dont il dit ne plus se souvenir. Linda McInnis, 58 ans, est morte étranglée. C'était une femme tranquille, elle habitait seule dans un condo des Alcôves du Palais et travaillait dans une garderie.

Myrko Kvist se serait retrouvé chez elle à l'invitation de la victime. Après une quinzaine de minutes, une dispute aurait éclaté entre eux. Il voulait avoir des relations sexuelles, elle a refusé.

Lorsque la victime s'est mise à crier, il raconte avoir paniqué et l'avoir agrippé à la gorge.

« La panique a monté quand l'altercation est devenue encore plus forte, puis quand on est tombé. Elle a crié encore, puis je l'ai repris à la gorge, c'est devenu encore plus fort. Il y a un bout où je deviens trop nerveux, mon cerveau gèle », raconte-t-il à l'enquêteur.

Quelques heures après avoir admis son crime, il a emmené les enquêteurs à l'endroit où il avait disposé du corps de sa victime, dans un banc de neige à l'arrière d'un garage municipal dans Limoilou.

L'homme a plaidé coupable d'homicide involontaire. Des caméras de sécurité avaient filmé ses déplacements dans l'immeuble de condos. Il avait aussi été capté par les caméras du ministère des Transports.

Témoignages bouleversants

Myrko Kvist était de retour en cour mardi pour les représentations sur la peine. Des proches de Linda McInnis , sa soeur et sa fille, ont témoigné. Toutes deux sont restées profondément marquées par le drame.

« Je pense à ça tout le temps, à ce qu'elle a subi, à mon témoignage, mais surtout à être confronté dans la même pièce que le tueur, que le monstre qui a tué ma sœur », a dit Hélène McInnis.

« Pourquoi? Pourquoi? Je me suis tellement posée cette question-là. Puis je n'ai pas de réponse, je sais que je n'en aurai jamais », ajoute-t-elle.

La fille de Linda McInnis, Catherine Chénier, 30 ans, a dit avoir perdu confiance en la vie après l'assassinat de sa mère, qu'elle considérait comme une battante. En larme pendant son témoignage, elle a repris son sang-froid pour s'adresser au meurtrier, le fixant directement dans les yeux.

« La force, puis la violence que t'as déployé pour étrangler à mains nues Linda McInnis qui ne veut pas mourir, ça t'appartient. Si y'a une chose que je te souhaite, c'est de vivre en pleine conscience », a-t-elle lancé à celui qui a tué sa mère.

Un psychiatre qui a témoigné devant la Cour a évalué les risques de récidive de Myrko Kvist de faible à modéré.

Les témoignages pour établir la peine à lui imposer se poursuivent mercredi.