NOUVELLES
17/12/2013 10:12 EST | Actualisé 16/02/2014 05:12 EST

La sécurité des ouvriers n'est pas négligée, selon les organisateurs de la CM

SAO PAULO - Malgré la mort récente d'un autre ouvrier, les organisateurs de la Coupe du monde ont déclaré mardi qu'ils ne négligent pas la sécurité des travailleurs dans le but de se dépêcher à terminer la construction des stades en vue du tournoi qui sera disputé l'an prochain au Brésil.

«Il n'y a jamais de discussion où on dit qu'il faut couper les coins ronds pour s'assurer de livrer le stade, a déclaré Ron DelMont, le directeur général du bureau de la Coupe du monde au Brésil, lors d'une entrevue avec un petit groupe de journalistes.

DelMont a affirmé que la FIFA n'a «à aucun moment» suggéré de relâcher les normes de sécurité, et que «tout ce que nous demandons est à l'intérieur de la loi et des normes du gouvernement».

«Je dois dire que c'est un peu frustrant d'entendre ce genre de spéculation, à l'effet que l'événement est beaucoup plus important que la sécurité des travailleurs, parce qu'il ne s'agit pas seulement de la sécurité des ouvriers, mais aussi la sécurité des spectateurs, a-t-il noté. Alors il n'y a aucun compromis.»

Un ouvrier a fait une chute de 35 mètres qui a provoqué sa mort, samedi à l'Arena Amazonia, dans la ville de Manaus. C'était le deuxième décès à survenir à ce stade en moins d'un an, et le cinquième dans un stade de la Coupe du monde depuis deux ans.