NOUVELLES
17/12/2013 06:47 EST | Actualisé 16/02/2014 05:12 EST

La pollution de l'air va pousser la Chine à oeuvrer pour le climat (Hulot)

La Chine, confrontée à un niveau "pas tenable" de pollution atmosphérique dans ses grandes villes, a grâce à cela pris conscience de l'urgence d'agir en faveur du climat et de l'environnement, a affirmé mardi à Pékin Nicolas Hulot.

"La première leçon que je tire de mon séjour ici est que ce qui était encore il y a quelques années une préoccupation extérieure à la Chine est devenu maintenant un objectif interne", a déclaré dans une conférence de presse l'envoyé spécial de François Hollande pour la protection de la planète.

La Chine, premier pays émetteur de gaz à effet de serre, va "réagir non pas pour céder à la pression internationale mais simplement pour essayer de contrôler une réalité qui leur a explosé à la figure", a ajouté M. Hulot, qui effectue un voyage de six jours en Chine.

Les Chinois "sont passés d'une menace qui était assez diffuse pour eux à une réalité maintenant qui est une véritable souffrance et qui quelque part peut participer à une forme de déstabilisation si cette situation perdurait. Je pense qu'ils en ont une conscience aiguë", a ajouté l'émissaire du président français.

"La Chine rentre dans la grande bataille du climat par la porte de la pollution atmosphérique", a résumé M. Hulot en ajoutant que les outils pour résoudre la pollution atmosphérique étaient identiques à ceux destinés à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Interrogé sur d'éventuelles avancées pour préparer la conférence de Paris en 2015 sur le climat, Nicolas Hulot s'est dit "rassuré sur la détermination des Chinois" mais "pas rassuré sur ce qui reste l'objectif de Paris, avoir un accord global, universel et juridiquement contraignant".

"Nous avons deux ans. Il en va de la Chine comme probablement des Etats-Unis, les choses seront posées sur la table dans un laps de temps plus rapproché de la conférence de Paris", a dit M. Hulot.

seb/jug/fw