NOUVELLES
16/12/2013 08:41 EST | Actualisé 15/02/2014 05:12 EST

"Vitia ciao !": l'humour pour défier le président ukrainien

En chanson, en vidéo, en caricature et dans des histoires drôles, les opposants ukrainiens tournent en dérision le président Viktor Ianoukovitch et son Premier ministre, une forme de contestation très appréciée par les adversaires du régime.

En une semaine, plus d'un demi-million d'internautes ont visionné sur youtube le clip "Vitia (diminutif de Viktor), ciao !" qui montre un Viktor Ianoukovitch massif sautant sur des souches, coincé dans son siège pendant un match de football ou esquissant des pas de danse, puis posant avec le président russe Vladimir Poutine le tout intercalé avec des images de manifestants et de photographes battus par la police. https://www.youtube.com/watch?v=foFcVKZ1OCA

Ce pastiche du chant révolutionnaire populaire italien "Bella ciao" a été diffusé dimanche à plusieurs reprises lors d'un nouveau rassemblement monstre de plusieurs centaines de milliers de manifestants sur Maïdan, la place de l'Indépendance, dans le centre de Kiev faisant rire de bon coeur contestataires et leaders de l'opposition sur scène.

"Adieu, garant (de la Constitution)! Ne reviens plus! O Vitia ciao, Vitia ciao, Vitia ciao, ciao, ciao!", chante une jeune femme avec entrain.

"Mejiguiria et Soukholoutchia seront demain transformés en musées", poursuit-elle d'une voix ferme en faisant allusion aux résidences luxueuses du président, qui sont devenues pour l'opposition des symboles de la corruption du régime.

L'une des séquences du clip montre M. Ianoukovitch en train de faire de l'exercice en sautant sur des souches à Mejiguiria, des images tournées il y a quelques mois lorsqu'il avait fait visiter sa résidence à des journalistes.

La chanson parle des "Berkout (troupes anti-émeutes) cruels" et des "tribunaux vénaux".

"Les procureurs et Vovka (diminutif familier de Vladimir) Poutine ne te protégeront pas", disent les paroles de la chanson alors qu'on voit des procureurs qui se rendent au travail en enjambant les manifestants allongés sur les marches du Parquet.

le rire contre la peur

Le clip a été réalisé par des journalistes et militants qui voulaient créer une "chanson populaire" pour le mouvement de contestation, a expliqué à l'AFP l'auteur de l'idée, Azad Safarov.

"Les Américains ont exprimé leur dégoût envers notre président. Ce que je propose, c'est bien pire: le rire", a-t-il écrit la semaine dernière dans son blog intitulé "Moquons-nous de Vitia".

"Il faut rire pour combattre la peur" devant le pouvoir, a-t-il expliqué à l'AFP, en faisant référence à la dispersion violente d'une manifestation d'étudiants le 30 novembre et une tentative avortée des forces de l'ordre de disperser les manifestants la semaine dernière.

"La chanson n'est pas méchante. Tout le monde rit en l'écoutant. Mais c'est du rire qu'ont peur tous les régimes autoritaires", souligne à l'AFP la journaliste Olga Khoutorianets qui a chanté "Vitia ciao" devant la foule.

le pouvoir n'est plus respecté

La créativité des opposants ukrainiens se manifeste aussi dans des affiches, avec des titres comme "Cours Vitia, cours!" en référence au film allemand de Tom Tykwer "Cours, Lola, cours!" et des tracts avec des jeux de mots en ukrainien peu flatteurs pour le chef de l'Etat, représenté derrière les barreaux.

Un portrait de Ianoukovitch affublé d'un nez de clown est installé en bonne place sur l'avenue principale Khrechtchatik, où il décore l'arbre de Noël de Maïdan.

"Cela fait sourire et reflète la perception qu'a le peuple du pouvoir: il n'a plus d'autorité", déclare à l'AFP l'auteur de ce portrait, qui a demandé à rester anonyme.

Les histoires drôles inventées par les manifestants se moquent de tout, des menaces des autorités contre les manifestants qui ont dressé des barricades dans le centre-ville, du président russe Vladimir Poutine qui a joué un rôle clé pour dissuader M. Ianoukovitch de signer un accord d'association avec l'Union européenne et du Premier ministre Mykola Azarov, qui parle bien russe, mais mal l'ukrainien.

Exemples:

-Le parquet général lance des poursuites criminelles contre la neige qui bloque les rues de Kiev.

-Azarov est contre l'intégration européenne parce qu'il ne veut pas apprendre l'anglais, en plus de l'ukrainien.

-Qu'est-ce qui se passe? s'afflige Poutine. C'est à cause de moi que les gens se sont rassemblés sur Maïdan, mais c'est (l'ex-président géorgien Mikheïl) Saakachvili (son ennemi juré, ndlr) qui parle sur place.

neo/nm/bir