NOUVELLES
16/12/2013 04:08 EST | Actualisé 15/02/2014 05:12 EST

Un témoin affirme que Robert Levinson a été kidnappé par les Iraniens (presse)

Robert Levinson, un Américain disparu en Iran en 2007 alors qu'il était selon la presse en mission pour la CIA, a bien été appréhendé par les autorités iraniennes, a affirmé l'homme que Levinson tentait de recruter comme informateur.

Dans un entretien au Christian Science Monitor (CSM) publié lundi, Dawud Salahuddin soutient que Robert Levinson, dont Téhéran assure ne pas avoir de lien avec la disparition, a été interpellé à son hôtel par des policiers iraniens en civil.

Levinson avait été missionné par une équipe de la CIA sans autorisation de sa hiérarchie pour recueillir des renseignements sur la corruption en Iran et devait rencontrer Salahuddin dans un hôtel de l'île iranienne de Kish.

Ce 9 mars 2007, les deux hommes se retrouvent à l'hôtel Maryam lorsque des policiers surgissent.

"Ils m'ont emmené et alors qu'on quittait le hall de l'hôtel, Levinson était encerclé par quatre policiers iraniens", a-t-il confié au CSM.

Dawud Salahuddin est un ressortissant américain converti à l'islam. Il est recherché par les Etats-Unis pour avoir tué en 1980 un diplomate iranien opposé au régime de l'ayatollah Khomeini. Il s'est réfugié en Iran et est devenu proche de certaines franges du gouvernement.

L'agence de presse américaine Associated Press (AP) et le Washington Post ont révélé jeudi que Robert Levinson était un contractuel de la CIA au moment de sa disparition. La Maison Blanche a assuré qu'il "n'était pas employé du gouvernement américain".

Les Etats-Unis ont toujours soupçonné mais "n'ont jamais pu prouver qu'il avait été enlevé par les forces de sécurité iraniennes", selon AP.

Le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif a de son côté assuré dimanche que Téhéran n'avait rien à voir avec son enlèvement.

"Nous savons qu'il n'est pas incarcéré en Iran", a dit M. Zarif. "S'il l'est, il n'est pas incarcéré par le gouvernement, et je crois que le gouvernement a un contrôle plutôt bon du pays".

Pour Salahuddin, les développements de ces derniers jours pourraient contribuer à une libération prochaine de Robert Levinson. Tant qu'il n'était pas présenté comme un espion, il était compliqué pour Téhéran de reconnaître sa détention, selon lui.

Maintenant qu'un lien avec la CIA est évoqué, "cela permet aux Iraniens de justifier leurs mensonges pendant toutes ces années parce qu'ils détenaient effectivement un agent de renseignement", explique-t-il. "Je ne serais pas du tout surpris s'il réapparaît dans les prochains jours dans un costume trois-pièces et rasé de frais".

mra/rap