NOUVELLES
16/12/2013 04:08 EST | Actualisé 14/02/2014 05:12 EST

Taïwan et la Chine ont discuté de l'échange d'espions emprisonnés (presse)

Taipei et Pékin ont conduit de rares négociations pour un échange d'espions emprisonnés de chaque côté, signe supplémentaire du réchauffement des liens entre les deux territoires, rapportent lundi des médias taïwanais.

Des représentants de la Chine ont demandé à Taïwan la libération de l'ancien général Lo Hsien-che, le plus haut responsable taïwanais condamné pour espionnage au profit de la Chine, indiqué le journal China Times, basé à Taipei.

"La demande a été rejetée" lors de ces discussions qui se sont déroulées en Asie du sud-est, précise le journal, qui cite une source de la sécurité nationale. "La libération de Lo aurait causé trop de vagues".

Les négociations ont été rompues lorsque la Chine a rejeté la demande de son voisin de libérer les agents taïwanais Chu Kung-hsun et Hsu Kuo-chang, a ajouté le journal, sans préciser la date des pourparlers.

Ces deux hommes, colonels dans les services de renseignements taïwanais, avaient été kidnappés au Vietnam et remis à la Chine en 2006.

Le ministère de la Défense de l'île a refusé de commenter ces informations. Mais le directeur du Bureau de la sécurité nationale, Tsai Der-sheng, avait confirmé en début de mois que le gouvernement tentait d'obtenir leur libération.

Ces négociations, même si elles semblent avoir échoué, sont une nouvelle étape dans le réchauffement des liens entre les deux territoires, notable depuis l'arrivée au pouvoir à Taïwan en 2008 du président Ma Ying-jeou, réélu en 2012.

Taïwan et la Chine ont été séparés en 1949 après une guerre civile, mais Pékin considère que l'île autonome fait partie intégrante de son territoire dont la réunification est inéluctable et aura lieu par la force si nécessaire.

Malgré l'amélioration de leurs relations, Pékin et Taipei continuent de s'espionner mutuellement.

cty/fmp/ml