NOUVELLES
16/12/2013 07:21 EST | Actualisé 15/02/2014 05:12 EST

RCA: limogeage de ministres contraire aux accords de transition, Paris "préoccupé" (ministère)

Le limogeage de trois ministres et du directeur du Trésor en Centrafrique, décidé par le président Michel Djotodia, est en contradiction avec les accords de transition et risque d'aggraver l'instabilité dans ce pays, a indiqué lundi le ministère français des Affaires étrangères.

"La France est préoccupée par le limogeage de trois ministres, ainsi que du directeur du Trésor, annoncé (dimanche) par Michel Djotodia, sans le contreseing du Premier ministre Nicolas Tiangaye", a déclaré Vincent Floreani, porte-parole adjoint du Quai d'Orsay.

"Cette initiative, prise en contradiction avec la charte constitutionnelle de la transition et les accords de Libreville, est de nature à aggraver encore l'instabilité en République centrafricaine", a-t-il ajouté lors d'une point-presse.

Paris juge "indispensable" de respecter les accords de transition, conclus à Libreville en janvier 2013, et notamment les prérogatives du Premier ministre.

Selon Paris, en vertu de la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies du 5 décembre autorisant le déploiement en Centrfrique des forces africaines avec l'appui des forces françaises, des sanctions peuvent être prises contre "les personnes qui enfreignent les accords de transition ou dont l'action a pour effet de menacer ou d'entraver le processus politique".

Trois ministres centrafricains, Josué Binoua, ministre de la Sécurité publique, Christophe Bremaïdou, ministre des Finances et du Budget, et Joseph Bendounga, ministre de l'Elevage ont été limogés dimanche, ainsi que le directeur du Trésor et de la Comptabilité publique Nicolas Geoffroy Gourna-Douath.

Selon une "instruction présidentielle", tous les mouvements sur les différents comptes du Trésor public ont également été suspendus "jusqu'à nouvel ordre".

Une source proche du pouvoir a affirmé à l'AFP que ces ministres ont été limogés "parce qu'on ne sait pas où ils sont. Ils ne gouvernaient plus".

L'un d'eux, le pasteur Josué Binoua, qui dispose aussi de la nationalité française, est actuellement en France après avoir été exfiltré par l'armée française il y a quelques jours.

Des armes avaient été trouvées à son domicile, mais il affirme qu'elles étaient destinées à des agents de la sécurité publique et il assure que toutes sont répertoriées.

cr/blb/jlb