NOUVELLES
16/12/2013 09:35 EST | Actualisé 15/02/2014 05:12 EST

Les travaux du stade de Manaus toujours arrêtés après la mort d'un ouvrier

Les travaux en cours au stade de Manaus (nord) en vue de la Coupe du monde de football 2014 étaient toujours arrêtés lundi après la mort samedi d'un ouvrier du chantier, a indiqué à l'AFP la justice locale.

Le bureau du procureur de l'Etat d'Amazonie, dans le nord du Brésil, avait réclamé "l'arrêt immédiat" des travaux.

"Les travaux sont toujours arrêtés. En ce moment, le Ministère public du travail (MPT) inspecte les lieux et on décidera après de la reprise ou non des travaux", a déclaré un responsable du parquet à l'AFP.

La compagnie chargée des travaux, Andrade Gutierrez, a indiqué également que les travaux n'avaient pas repris mais n'a pas voulu commenter la décision judiciaire.

"Andrade Gutierrez ne commente pas la décision de la justice sur l'arrêt des travaux", a déclaré un porte-parole à l'AFP.

L'entreprise est passible d'une amende de 45.000 dollars par jours si elle ne respecte pas les règles de sécurité sur le chantier.

Dans la nuit de samedi à dimanche un ouvrier âgé de 22 ans est mort à la suite d'une chute de 35 mètres dans le stade Arena da Amazonia de Manaus qui aura une capacité de 42.000 personnes et un coût de 200 millions de dollars.

La victime, Marceludo de Melo Ferreira, est le cinquième ouvrier qui meurt dans un des stades du Mondial-2014 depuis que les travaux ont débuté en vue de cette compétition. Un ouvrier avait péri en mars dernier à Manaus, deux autres en novembre à Sao Paulo et un à Brasilia l'an dernier.

Le Mondial se déroulera du 12 juin au 13 juillet dans douze villes du Brésil.

Mardi dernier, le coordonnateur des travaux à Manaus, Miguel Capobiango Neto, avait assuré devant des journalistes que tout serait prêt en vue de l'inauguration du stade Arena de Amazonia le 15 janvier.

"Le bureau du procureur public ne peut permettre que la nécessité d'achever la construction à temps pour le Mondial de football 2014 se fasse au prix d'une vie humaine et du bien-être de ceux qui y travaillent", concluait le communiqué samedi.

nr/cdo/fbx