NOUVELLES
16/12/2013 03:24 EST | Actualisé 14/02/2014 05:12 EST

La FDA pourrait sévir contre les savons antibactériens liquides

Rien ne prouve que les savons liquides antibactériens disponibles sur le marché aident à prévenir la propagation des bactéries et ils pourraient même être dangereux pour la santé, croit la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis.

La puissante agence fédérale américaine a annoncé lundi qu'elle se penchera de nouveau sur l'innocuité de produits chimiques comme le triclosane, à la lumière d'études récentes qui démontrent qu'ils peuvent interférer avec les niveaux d'hormones et contribuer au développement de bactéries résistantes aux médicaments.

Cette décision préliminaire du gouvernement vient renforcer la position des chercheurs qui préviennent, depuis longtemps, que ces produits sont, au mieux, inefficaces, et au pire, dangereux pour la santé publique.

En vertu d'une règle proposée lundi, la FDA imposera aux fabricants de démontrer que leurs savons et liquides antibactériens sont sécuritaires et plus efficaces que l'eau et le savon. Si les compagnies échouent à en faire la preuve, les produits devraient être reformulés, réétiquetés ou possiblement retirés du marché.

L'agence fédérale recueillera les commentaires avant de prendre une décision, dans quelques mois.

Le triclosane se retrouve dans environ 75 % des savons antibactériens vendus aux États-Unis.

La décision préliminaire de la FDA ne s'applique qu'aux produits d'hygiène personnelle, mais elle pourrait avoir des répercussions sur des milliers de produits antibactériens, des couteaux de cuisine aux jouets en passant par le dentifrice - une industrie d'un milliard de dollars par année.

L'effet du triclosane a surtout été étudié chez les animaux. Certains scientifiques croient que le produit pourrait, chez l'humain, interférer avec les hormones et augmenter les risques d'infertilité, de puberté hâtive et d'autres problèmes de développement. D'autres scientifiques croient que l'utilisation routinière de tels produits contribue au problème de l'antibiorésistance.

En mars 2010, l'Union européenne a banni le triclosane de tous les produits qui entrent en contact avec les aliments, comme les contenants et les ustensiles.