NOUVELLES
15/12/2013 03:15 EST | Actualisé 14/02/2014 05:12 EST

Une nouvelle frappe aérienne du gouvernement syrien fait au moins 37 morts

BEYROUTH - Des appareils du gouvernement syrien ont largué dimanche des barils remplis d'explosifs sur Alep, dans le nord du pays, une ville contrôlée par les rebelles, faisant s'effondrer des bâtiments, brûler des voitures et tuant au moins 37 personnes, dont 16 enfants, rapporte de Londres l'Observatoire syrien pour les droits humains.

Près d'un an et demi d'attaques à Alep a détruit la majeure partie de la ville et l'a divisée entre rebelles et gouvernement.

Dimanche, des hélicoptères gouvernementaux ont bombardé les quartiers de Haidariya, Sukhour, Marjeh et au moins deux autres avec des barils explosifs. Le directeur de l'Observatoire, Rami Abdurrahman a affirmé que des jets des forces aériennes effectuaient aussi des vols de reconnaissance au-dessus de ces quartiers.

Le gouvernement utilise souvent des barils qui contiennent des centaines de kilogrammes d'explosifs et causent d'importants dommages à l'atterrissage. Selon un groupe d'activistes local, le Centre des médias d'Alep (CMA), au moins 25 barils ont été lâchés des hélicoptères dimanche.

Le CMA a également fourni une vidéo sur laquelle sont exposées les conséquences d'une attaque sur un rond-point à Haidariya. On y voit des résidents fouiller les décombres d'au moins trois véhicules détruits par une bombe. Des sirènes retentissent.

Une autre vidéo amateur publiée en ligne montre Sukhour après le bombardement. Une foule y est rassemblée dans une rue étroite jonchée de briques démolies et d'autres débris d'une maison qui semble avoir été touchée par une frappe aérienne.