NOUVELLES
15/12/2013 01:35 EST | Actualisé 14/02/2014 05:12 EST

Menace terroriste: l'avion d'Air France ne contenait finalement aucun explosif

CARACAS, Venezuela - Des fouilles n'ont pas permis de trouver quelque trace d'explosifs que ce soit à bord d'un avion d'Air France devant partir pour Paris et qui avait été cloué au sol après que les services de renseignement français eurent mis en garde contre la possibilité d'un attentat terroriste, ont annoncé dimanche des responsables du gouvernement du Venezuela.

Plus de 60 techniciens, experts artificiers, ainsi qu'une équipe de chiens renifleurs ont examiné à deux reprises l'appareil et les bagages des passagers, samedi soir, en plus de procéder à une troisième inspection en compagnie de représentants du transporteur aérien, a indiqué le ministre de l'Intérieur Miguel Rodriguez.

Selon lui, bien qu'aucune trace d'explosifs n'ait été retrouvée, les autorités surveilleront étroitement tous les vols d'Air France entrant et quittant le territoire national.

Les passagers évacués de l'appareil sont finalement partis vers Paris peu de temps avant 16 heures, dimanche, à bord du même avion d'Air France, a fait savoir le transporteur aérien.

La nature précise de la menace d'attentat à la bombe n'était pas connue, mais M. Torres a indiqué que les autorités françaises avaient transmis des informations d'une source fiable voulant qu'un groupe terroriste tentait de poser une bombe à bord d'un vol non identifié Caracas-Paris, ou l'inverse.

À Paris, son homologue français a dit dimanche que l'Hexagone avait immédiatement alerté le Venezuela dès la prise de connaissance de la possible menace.

Un porte-parole d'Air France a indiqué que le transporteur travaillait «étroitement» avec les autorités aéroportuaires et gouvernementales.

Les passagers coincés à Caracas ont affirmé qu'ils avaient fini par franchir les services frontaliers, samedi soir, et s'apprêtaient à monter à bord du vol 385 d'Air France lorsqu'ils ont appris, peu de temps avant l'heure du départ, à 19 h 25, que le vol serait retardé et que l'Airbus A340-300 pourrait faire l'objet de vérifications. Aucune raison n'a été donnée.

Environ 100 passagers en colère ont entouré le comptoir d'enregistrement d'Air France pour protester contre l'absence de suivi de la part de la compagnie, ou pour ne pas leur avoir immédiatement offert une alternative pour se rendre à Paris. Vers minuit, l'aéroport a annoncé que le vol était repoussé à dimanche.

Des brèches dans la sécurité ont déjà attiré l'attention à l'aéroport de Caracas. En septembre, plusieurs soldats vénézuéliens postés à l'aéroport ont été arrêtés après que les autorités françaises y eurent effectué la plus importante saisie de cocaïne de leur histoire, mettant la main sur 1,4 tonne de narcotiques qui avaient été installées en contrebande dans 31 valises à bord d'un vol d'Air France à destination de Paris.